Fiches de métiers

   

Vous êtes professionnels de santé, universitaires,préventeurs ? Rejoignez la communauté Bossons Futé

         Un réseau pluridisciplinaire de rencontres et d’échanges

    Notre mission ? Renforcer la culture de la prévention

                                                                                                       

Technicien de maintenance industrielle

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°314

ROME : I1302 - I1304 - I1305 - I1309 - I1310 CITP-08 : 3115 - 3523 INSEE : 628a - 477 b - 477c

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Agent de maintenance industrielle, mécanicien de maintenance, maintenancier industriel, instrumentiste, technicien de maintenance de machines industrielles, opérateur de maintenance, dépanneur, électromécanicien d'équipements industriels, technicien de mise en service d'équipements industriels

2. DEFINITION

  • La maintenance est l’ensemble des actions techniques, administratives et de ménagement du cycle de vie d'un bien, destinées à le maintenir ou à le rétablir dans un état dans lequel il peut accomplir parfaitement la fonction requise.
  • Le technicien de maintenance procède à des interventions de maintenance, préventive ou corrective, d’entretien, de dépannage dans des champs techniques ou technologiques différents (automatismes, électricité, électronique, instrumentation, mécanique, physique, climatique …)
    Il organise les différentes étapes d’intervention avec méthode, suit des processus logiques et méthodologiques en se référant et en se conformant avec rigueur aux consignes et normes de sécurité.
  • Le technicien de maintenance installe, contrôle, règle, nettoie et répare les installations et les machines dont il est responsable.
  • Le technicien de maintenance doit intervenir rapidement en cas de panne, changer les pièces défectueuses ou les réparer.
  • Il peut occuper un poste de technicien dans un bureau des méthodes d’un service de maintenance sous la responsabilité d’un ingénieur, chef de section ou de bureau. Sa carrière peut déboucher sur un poste de chef d’ateliers voire de chef de service. Il peut orienter sa carrière dans des fonctions de production sa formation étant un atout important. Les titulaires du BTS ou d’un DUT peuvent prétendre à un titre d’ingénieur au moyen de la VAE.
  • L’AFNOR (norme FDX 60-000) définit 5 niveaux de maintenance :
    • Actions simples
    • Actions nécessitant une procédure simple ou des équipements de soutien
    • Opérations nécessitant une procédure complexe ou des équipements de soutien portatifs
    • Opérations dont les procédures impliquent la maîtrise d’une technique ou technologie particulière et/ou la mise en œuvre d’équipements de soutien spécialisés
    • Opérations dont les procédures impliquent un savoir-faire, faisant appel à des techniques ou technologies particulières, des processus et/ou des équipements de soutien industriels.
  • La norme défini également 3 échelons de maintenance
    • Sur site
    • En atelier
    • Chez le constructeur

3. FORMATION ET QUALIFICATION  - COMPETENCES - EVOLUTION

Formation

  • Cet emploi/métier est accessible avec un Bac professionnel, un Bac+2 (BTS/DUT), un bac + 3 (BUT, licence professionnelle) en maintenance, mécanique, électricité, automatisme, électronique, électrotechnique...
  • Un ou plusieurs Certificat(s) d'Aptitude à la Conduite En Sécurité -CACES- conditionné(s) par une aptitude médicale à renouveler périodiquement peu(ven)t être requis.
  • Des habilitations spécifiques propres aux domaines de l’électricité (GIES, B2V-H2V-BR-HC/BC, TST, nucléaire, etc.) & celui du climatique (attestations de capacité & certificats d’aptitude) peuvent être exigées selon le secteur d'activité et/ou la réglementation en vigueur.
  • La pratique de l'anglais (vocabulaire technique) peut être demandée.
  • Exemples de formations menant au métier :
    • Diplôme de niveau 3
      • BT contrôle régulation + expérience
    • Diplômes de  niveau 4 + expérience
      • Bac pro Electrotechnique, énergie, équipements communicants
      • Bac pro Maintenance des équipements industriels
    • Diplômes de niveau 5
      • BTS Contrôle industriel et régulation automatique (CIRA)
      • BTS Maintenance industrielle
      • BTS Mécanique et automatismes industriels
      • Chargé de maintenance des systèmes numériques industriels
      • DUT Mesures physiques
      • DUT Chimie option productique
      • DUT Génie chimique, génie des procédés option bio-procédés
      • DUT Génie chimique, génie des procédés option procédés
      • DUT Génie électrique et informatique industrielle
      •  DUT Génie industriel et maintenance
      • DUT Génie mécanique et productique
    •  Diplômes de niveau 6 (anciennement II)

      • BUT Mesures physiques
      • BUT Chimie option productique
      • BUT Génie chimique, génie des procédés option bio-procédés
      • BUT Génie chimique, génie des procédés option procédés
      • BUT Génie électrique et informatique industrielle
      • BUT Génie industriel et maintenance
      • BUT Génie mécanique et productique
      • Licence Professionnelle MGRI (Maintenance Et Gestion des Risques dans L’Industrie
      • Licence Professionnelle mention Maintenance des systèmes industriels, de production d’énergie
      • Licence Professionnelle mention Maintenance et Technologie : Systèmes pluri-techniques

Compétences

  • Savoir- faire
    • Réaliser le montage d'équipements industriels ou d'exploitation,
    • Réaliser les réglages de mise au point de l'équipement industriel ou d'exploitation et contrôler son fonctionnement,
    • Etre capable de diagnostiquer une panne complexe ou non
    • Localiser la panne sur l'installation de production ou d'exploitation et déterminer les solutions techniques et les conditions de remise en état de l'équipement,
    • Identifier les composants et les pièces défectueuses,
    • Changer une pièce défectueuse ,
    • Réparer une pièce défectueuse,
    • Régler les paramètres des machines et des équipements,
    • Assister un client lors de la prise en main d'un outil/ équipement,
    • Définir les caractéristiques techniques du produit,
    • Renseigner les supports de suivi d'intervention et transmettre les informations au service concerné
    • Contrôler et surveiller régulièrement les équipements
    • Etre capable de diagnostiquer une panne complexe ou non
    • Etre capable de diagnostiquer une panne complexe ou non
    • Organiser et programmer les activités et opérations de maintenance
    • Gérer la disponibilité en permanence du parc machines.
  • Savoir
    • Techniques de soudure, Mécanique
    • Utilisation d'appareil de tests (pressions, débit, vibrations, ...)
    • Utilisation d'appareils de mesure électrique (multimètre, ...)
    • Lecture de plan, de schéma, Lecture de dessins techniques
    • Règles de sécurité Electronique, Automatisme, Electromécanique, Electrotechnique, Pneumatique, Hydraulique
    • Electricité, Métrologie, Pneumatique,  Réfrigération (gestion des températures)

 Perspectives et évolution

  • La carrière peut débuter par un poste de technicien dans un bureau des méthodes d’un service de maintenance sous la responsabilité d’un ingénieur, chef de section ou de bureau.
  • Elle peut déboucher sur un poste de chef d’atelier, voire de chef de service.
  • La carrière peut s'orienter dans des fonctions de production où la formation est un atout important.
  • Les titulaires du BTS, DUT, BUT, licence professionnelle peuvent prétendre à un titre d’ingénieur au moyen de la VAE.
  • Le technicien de maintenance peut également choisir de s’orienter vers le technico-commercial, la production ou le contrôle qualité.
  • La carrière peut déboucher sur un poste de technicien méthodes maintenance industrielle
  • Ce poste peut aussi déboucher sur un poste de gestion du magasin maintenance.

4. ACTIVITE PRINCIPALE

Le service maintenance peut être interne à l’entreprise ou externalisé. Les lieux d’activité peuvent donc être un atelier ou une usine de production (en interne ou chez un client). Il peut intervenir dans tous les secteurs pour assurer des missions de maintenance préventive et curative sur tous types d’appareils de production, détecter les pannes et établir un diagnostic avant son intervention.

4.1. LIEUX ET STATUT D'ACTIVITE

  • L'activité de maintenance à dominante industrielle est en général salariée
  • Elle s'exerce seul ou au sein d’une équipe dans différents secteurs d’activité :
    • industrie agroalimentaire
    • construction automobile
    • métallurgie
    • sidérurgie
    • construction d'équipements électriques et électroniques
    • construction de machines spéciales et d'équipements industriels
    • construction navale
    • production et distribution d'énergie
    • Pétrochimie et industrie chimique
    • Industrie aéronautique/aérospaciale
    • Mécanique industrielle
    • Et dans une moindre mesure :
      • industrie du caoutchouc et des plastiques
      • industrie du papier et du carton
      • industrie du textile et de l'habillement
      • industrie de transport
      • sociétés de services
      • Services après-vente de constructeurs ou de distributeurs d'équipements, des armées en relation avec différents intervenants (production, méthode, sécurité, client)
  • Les locaux :
    • Travail administratif dans des bureaux pour le courrier, les commandes, les rapports, les devis, la préparation du travail, la création des dossiers machines, la création des fiches méthodes pour les interventions, l’ordonnancement des travaux(planning), le déclenchement des visites et contrôles réglementaires, la participation à l’élaboration des PHS, l’élaboration des contrats de sous-traitance et de prestations de services, le suivi et le contrôle des entreprises extérieures. Il consulte, renseigne et participe au développement de la MAO.
    • Travail sur site pour les inspections, les réparations et le suivi du chantier

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

L'activité consiste à

  • Préparer son intervention et sa logistique
    • Préparation des différents permis, des bons de sorties de magasin
    • Prise d’information sur les  conditions spécifiques de sécurité
    • Préparation de l’outillage nécessaire
  • Assurer l’exécution des interventions préventive et curative
    • Assurer les opérations élémentaires de révision
    • Proposer et réaliser des travaux d’intervention de maintenance préventive, corrective et améliorative.
    • Réaliser le diagnostic de la situation et l’analyse des interventions dans son ou ses domaines de spécialités en se conformant aux gammes ou notices
    • Détecter les dérives, les anomalies de fonctionnement et les pannes éventuelles par une série de contrôles
    • Remettre en état les installations, matériels par échange de pièces ou réparation
    • Assurer l’auto-contrôle de sa prestation en effectuant les vérifications nécessaires
    • Remettre en service et effectue les essais
  • Appliquer rigoureusement à chaque étape du process les procédures spécifiques de qualifications des installations
  • Recueillir toutes les informations nécessaires, établit le rapport d’intervention et le transmet à son responsable hiérarchique ainsi que les éléments de mises à jour des documents concernant les travaux effectués, les problèmes rencontrés, les réglages effectués et les remarques et observations éventuelles
  • Renseigner, éventuellement, le système de GMAO afin de suivre les budgets qui lui sont attribués et rendre compte des dépassements éventuels.
  • Réaliser les condamnations et les consignations (en fonction de son niveau d’habilitation)
  • Contrôler, surveiller et entretenir régulièrement les équipements (entretien préventif)
  • Proposer des solutions pour optimiser sécurité et performance des matériels (veille)
  • Proposer et réaliser des améliorations techniques sur les équipements et des nouvelles installations en partenariat avec les services supports.
  • Mettre à jour la documentation technique.
  • Veiller à l'entretien et à la disponibilité de son outillage qu'il s'agisse de
    • Petit outillage (outillage manuel, comme par exemple des clés ou appareils de mesure portatifs comme des contrôleurs), outillage souvent qualifié d’outillage «individuel» ;
    • Gros outillage spécifique de l’entreprise (bancs d’essai), outillage souvent qualifié d’outillage «collectif» ;
    •  Outillage spécifique ou dédié à certains équipements
  • Gérer ses stocks de consommables

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Systèmes d'informatique industrielle et de bureautique
    • logiciels
    • fiches techniques
    • Notices ou mode d'emploi
    • Fiche de sécurité
    • Registre de sécurité
    • GMAO
    • Outils de programmation
  • Pour le travail en hauteur et la manutention
    • Echafaudage
    • Nacelles
    • Portiques,
    • Potence pivotantes,
    • Palans
    • Sommiers roulants
    • Ponts élévateurs
    • Diable
    • Chariots automoteurs
  • Poste à souder
  • Pièces mécaniques, moteur
  • Câbles électriques
  • Caisse à outils : tournevis, cutter, visseuse-dévisseuse, clé à choc, clé plate, limes, burins, clous, serre joints, marteaux, ceintreuse ...
  • Appareils de contrôle : (comparateur à levier, contrôle de circularité, contrôle vibratoire…)
  • Laser
  • Appareils électroportatifs
  • Machines d’usinage
  • Générateurs de process (électroniques, à pression, à température...)
  • Appareils de mesure : multimètres, mégohmmètre...
  • Vérificateur d’absence de tension
  • caméra d'inspection
  • Petit outillage divers, tourne-vis, vis...
  • Balai, chiffon

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Lubrifiants, huiles, graisses
  • Dégraissants
  • Détergents, décapants, détartrants
  • Pièces métalliques
  • Fils de soudure
  • Liquides sous pression (fluides divers...)
  • Electricité
  • Gaz (risque d’intoxication, d’explosion)
  • Peintures et produits anticorrosion (sous forme d’aérosols)

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Responsable hiérarchique
  • Responsable d'atelier
  • Ouvriers
  • Personnels commerciaux, administratifs ou techniques de l'entreprise
  • Services comptables et financiers
  • Clients en cas d'activité sous-traitée
  • Fournisseurs
  • Personnels commerciaux d’entreprises extérieures

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Avoir un très bon relationnel avec les clients internes et/ou externes avec ses collègues et la hiérarchie
  • Etre autonome tout en sachant s’intégrer dans une équipe pluridisciplinaire
  • Avoir un bon esprit d’équipe et de partage des informations
  • S’avoir s'organiser
  • Savoir s'adapter à l'imprévu
  • Travailler avec rigueur
  • Avoir le sens de la sécurité et de la protection de l’environnement
  • Connaître respecter les mesures de sécurité pour les interventions sur les  machines et équipements
  • Savoir gérer la pression liée aux impératifs de production
  • Etre mobile et se sentir à l’aise dans tous les environnements de travail (intérieur/extérieur)
  • Se tenir au courant des évolutions technologiques
  • Posséder les habilitations nécessaires notamment :
    • habilitation pour les travaux électriques (norme C18-510 et ses amendements) 
    • habilitation soudure gaz, PGN (gaz naturel) et PGP (gaz propane)
    • certificats ATEX : Ism-ATEX, SaqrATEX

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations : maladies chroniques et cancers, certains troubles moteurs. surdi-mutité, troubles de la vison des couleurs (selon évaluation)
  • Emploi peu compatible avec la cécité

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Réparer, dépanner, faire de l'assistance téléphonique
  • Encadrer une équipe
  • Assurer des formations
  • Faire des propositions d’améliorations
  • Conseiller les choix technologiques
  • Aider les méthodes maintenance en remontant les informations importantes
  • Organiser et gérer les services techniques de l’entretien

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Blessures par outils
  • Blessures par projections de liquide, de solide ou de gaz sous pression
  • Blessure par accrochage de vêtements
  • Blessures par contact des organes mécaniques en mouvement
  • Blessures consécutives à une explosion, un incendie
  • Chutes de hauteur ou de plain pied
  • Blessures électriques
  • Brûlures chimiques ou thermiques
  • Chutes de hauteur ou de plain pied
  • Glissade sur sol souillé
  • Lombalgies d'effort ou de contrainte
  • Risques de collision
  • Accident de la route

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Travail administratif occasionnel :
    • Travail sur écran
    • Bruit : téléphone
    • Qualité de l'éclairage
  • Travail sur site :
    • Travail dans des espaces parfois confinés
    • Bruit de l'atelier
    • Température et/ou humidité de l'atelier
    • Travail en lumière artificielle permanente et souvent faible (sous les machines...)
    • Manutention et port de charges pour l'installation du matériel
    • Travail en positions contraintes : accroupi, à genoux, bras en l'air, torsion du rachis pour installer le matériel et les conduits
    • Vibrations : au niveau de la main : outils  ; corps entier par engin, sol irrégulier)

6.3. RISQUES CHIMIQUES

  • Les produits chimiques utilisés ainsi que leurs produits de dégradation peuvent être cancérigènes, mutagènes ou dangereux pour la reproduction, toxiques, corrosifs, inflammables ou explosifs. 
  • Ils peuvent aussi être irritants ou allergisants pour les poumons, la peau, les yeux, le nez (résines, silicone ...)
  • Risque d'intoxication par inhalation de certains produits
  • Penser aux fluides frigorigènes, à la présence possible d'amiante sur les machines anciennes ....

6.4. RISQUES BIOLOGIQUES

  • Panaris et autres infections à la suite de coupures
  • Tétanos
  • Contamination par des moisissures (dermatoses, allergies ...)

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Se déplacer en permanence dans les ateliers en interne ou en externe
  • Tenir compte des contraintes de production
  • Imposer les règles de sécurité
  • Supporter des amplitudes horaires importantes si la situation le nécessite
  • Travailler en horaires variables en cas d'urgence
  • Travailler en horaire de nuit ou en 3 x 8
  • Subir le mécontentement des clients
  • Subir la pression du client nécessitant de savoir gérer son stress

7. RISQUES POUR LA SANTE

  • Ils sont le plus souvent en rapport avec les activités de terrain.

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau 12 RG : Affections professionnelles provoquées par les hydrocarbures aliphatiques halogénés énumérés
  • Tableau 30 RG : Affections professionnelles consécutives à l'inhalation de poussières d'amiante
  • Tableau 30bis RG : Cancer broncho-pulmonaire provoqué par l'inhalation de poussières d'amiante
  • tableau 36 RG : Affections provoquées par les huiles et graisses d'origine minérale ou de synthèse
  • Tableau 42 RG : Atteinte auditive provoquée par les bruits lésionnels
  • Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
  • Tableau 69 RG : Affections provoquées par les vibrations et chocs transmis par certaines machines-outils, outils et objets et par les chocs itératifs du talon de la main sur des éléments fixes
  • Tableau n°84 RG : Affections engendrées par les solvants organiques liquides à usage professionnel : hydrocarbures liquides aliphatiques, alicycliques, hétérocycliques et aromatiques, et leurs mélanges (white spirit, essences spéciales) ; dérivés nitrés des hydrocarbures aliphatiques ; acétonitrile ; alcools, aldéhydes, cétone, esters, éthers dont le tétrahydrofurane, glycols et leurs éthers ; diméthylformamide, diméthylsulfoxyde
  • Tableau n°98 RG : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes
  • Tous les tableaux concernant les risques spécifiques à l'activité de l'entreprise

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Lombalgies,
  • Stress,
  • Aggravation des pathologies veineuses.

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. REGLEMENTATION

8.2. CONTENU 

  • 8.2.1. Entretien médical :
    • Examen standard en insistant sur la vision, l'audition, l'état veineux, le système ostéoarticulaire, l'état neurologique en cas de travail en hauteur (vertiges, addiction...)
  • 8.2.2. Examens complémentaires si nécessaire suivant les postes : 
    • bilan sanguin et/ou hépatique, spirométrie ..
    • Audiogramme en cas d'exposition au bruit
  • 8.2.3. Vaccinations en fonction des recommandations de l'OMS
    • Tétanos
    • Grippe
    • Covid 19
  • 8.2.4. Suivi post professionnel : En cas de contact prolongé avec des produits chimiques dangereux, en cas d'exposition à l'amiante
  • 8.2.5. Dossier médical
    • Pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel.
    • En cas d'exposition à des agents chimiques dangereux le dossier médical doit être conservé au moins 50 ans après la fin de l'exposition.
    • A intégrer éventuellement dans le DMP

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Les produits utilisés peuvent avoir des conséquences pour l'environnement d'où la nécessité de lire et de respecter les pictogrammes
  • Blessures accidentelles et/ou intoxications (enfants, récupérateurs...) par le matériel éliminé
  • Pollution de l'environnement par les produits chimiques :
    • d'où la nécessité d'une élimination par tri sélectif des rebuts
    • d’où la nécessite d’un suivi précis de la récupération des fluides de tous les équipements de réfrigération, de climatisation et de pompe à chaleur.
  • Pollution de l’environnement par les autres produits utilisés :
    • d’où la nécessité d’une élimination par tri sélectif de tous les déchets (boulons, joints, bétons, terres, huiles, chiffons, combinaisons, gants…)

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Manutention : analyse de la manutention manuelle au poste de travail, contrôle du poids du matériel

  • Bruit : mesurage du niveau d'exposition au bruit à l'aide d'un sonomètre et/ou d'un exposimètre
  • Vibrations selon les postes
  • Ambiance thermique : mesurages à l'aide d'un thermomètre, d'un thermohygromètre

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

Technique

  • Voir travail sur écran pour les activités administratives. Veiller à
    •  L'ergonomie du bureau (souris, clavier, écran...) et son installation
    • La position de travail
  • Pour les interventions en atelier : respecter  les règles générales d'hygiène et de sécurité 
    • Locaux :
      • Accessibilité des machines prévue dès la conception de l'atelier
      • Ateliers aérés et ventilé (60m3/heure/occupant), correctement chauffé (15°C minimum) et éclairé
      • Sol propre, antidérapant, non encombré, avec balisage des allées de circulation et des zones de stockage
      • Réseau électrique aux normes et régulièrement contrôlé (installation, câbles, prolongateurs..). Mise à la terre des appareils électriques, prises de courant protégée
      • Réduction du bruit à la source, isolation des machines et insonorisation des locaux
      • Toitures ou terrasses équipées d'échelles, passerelles avec garde-corps, lignes de vie. Accès réglementé
      • Caisse à outils adaptée pour éviter tous déplacements inutiles
      • Utilisation de moyens d'accessibilité aux machines fiables  lors des phases d'inspection et/ou de maintenance (passerelle, rampes d’accès...)
    • Activités :
      • Sources de chaleur isolées
      • Absorption adaptée des fuites de produits
      • Limitation des produits utilisés avec élimination des produits dangereux, prévoir un lavabo à proximité, voire un lave-œil
      • Stockage des produits dangereux dans les locaux aérés et bien ventilés, équipés d'une cuve de rétention et loin d'une source de chaleur
      • Récupération des huiles usagées dans des cuves et élimination par un circuit spécialisé
  • Règles de protection générale pour la maintenance
    • Levage et manutention
      • Limiter les manutentions manuelles par des aides techniques adaptées : ventouses à poignées, portiques, potences pivotantes, palans ...
      • Matériel de manutention mécanique régulièrement contrôlé, utilisé par du personnel formé et dans le respect des normes d'utilisation et du respect de la charge maximum indiquée sur l'appareil (ponts élévateurs avec dispositif de sécurité antichute, chariots automoteurs, crics, chandelles
      • Caisse à outils adaptée pour éviter tous déplacements inutiles
      • Utilisation de moyens d'accessibilité aux machines fiables  lors des phases d'inspection et/ou de maintenance (passerelle, rampes d’accès...)
    • Outils :
      • Outils en bon état et adaptés à la tâche
      • Matériel électrique portatif à double isolation et muni d'un dispositif d'arrêt
      • Matériel pneumatique si possible
    • Appareils spéciaux : ils doivent être munis d'une marque de conformité et d'un certificat de conformité
      • Soufflette avec pression inférieure à 2.5 bars et avec diffuseur, à interdire pour le séchage des pièces et des vêtements
      • Meules : étiquetées, stockées dans un local sec, à sonder avant usage ; contrôle périodique des machines à meuler ; ne pas utiliser en cas d'anomalie et/ou de vibrations ; réglage du support de pièce à 2 mm de la meule et pare-étincelles à 6 mm
    • Soudage :
      • Poste isolé, loin des produits inflammables, avec aspiration des fumées
      • Mur peint avec une peinture absorbant les UV (noir mat...)

Organisationnelle

  • Activités :
    • Respect des consignes générales de sécurité
    • Utilisation des aides mécaniques à la manutention chaque fois que c'est possible
    • Consignations des équipements en fonction des procédures afin d’interdire toute intervention manuelle sur des organes sous tension ou en mouvement
    • Arrêt de système électrique avant toutes interventions avec mise en sécurité
    • Utilisation des aides mécaniques à la manutention chaque fois que c'est possible
    • Caisse à outils adaptée pour éviter tous déplacements inutiles
    • Utilisation de moyens d'accessibilité aux machines fiables  lors des phases d'inspection et/ou de maintenance (passerelle, rampes d’accès...)
    • Niveau d'éclairement convenable en utilisant, si besoin, une lampe portative ou frontale
    • Nettoyage régulier des locaux de travail et annexes
    • Absorption adaptée des fuites de produits
    • Etiquetage des produits utilisés
    • Contrôle régulier des équipements et tenue des registres de maintenance;
  • Individus :
    • Lavage des mains : en fin de tâche
    • Ne pas boire, ni manger dans les locaux de travail
    • Ne pas manger en tenue de travail
    • Interdiction de fumer dans les locaux de travail
    • Port des équipements de protection individuelle (EPI) obligatoire pour certaines activités (soudure ...)

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Les équipements de protection individuelles doivent être adaptées à l'activité. Guêtres 
  • Guêtres (soudage)
  • Chaussures de sécurité antidérapantes
  • Bouchons d'oreilles ou casque antibruit
  • Lunettes de protection (meulage)
  • Lunettes avec filtre optique (soudage au chalumeau)
  • Gants adaptés
  • Masques adaptés : poussières, solvants, anti-monoxyde de carbone, anti-amiante (P3)
  • Masque spécifique pour le soudage à l'arc
  • Crème protectrice pour les mains
  • Systèmes d’arrêts de chute
  • Dispositifs d'alarme pour travailleur isolé- DATI

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Consignes de sécurité et procédures d'évacuation affichées
  • Mise en place de procédures écrites pour les interventions sur machine
  • Balisage des zones d'intervention
  • Interdiction de stationner sous les ponts
  • Interdiction de flamme sans autorisation
  • Interdiction de boire, de manger et de fumer dans l'atelier affichée
  • Qualification du personnel habilité à intervenir sur les installations électriques régulièrement renouvelée
  • Connaissance de l’étiquetage des produits chimiques sur les récipients
  • Formation PRAP (Prévention des Risques liés à l'Activité Physique)
  • Formation de sauveteur secouriste du travail (SST)
  • Information sur le risque bruit  si > 80 dB(A) et/ou si crête > 135 dB(C)
  • Formation aux nouvelles technologies et aux évolutions réglementaires
  • Formations spécifiques au matériel utilisé / suivi / réparé

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

Code du travail

  • Article L4121-1 : L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.
    • Ces mesures comprennent :
    • 1° Des actions de prévention des risques professionnels.
    • 2° Des actions d’information et de formation.
    • 3° La mise en place d’une organisation et de moyens adaptés
    • L’employeur veille à l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l’amélioration des situations existantes.
  • Art R 4226-1 à R4226-21 sur les installations électriques
  • Art L 4311-1 et suivants : Sur les équipements de travail et les équipements de protection individuelle
  • Art R 4544-1 à 11 : Opérations sur les installations électriques ou dans leur voisinage
  • Arrêté du 7 avril 2021 fixant les modalités de réalisation des travaux sous tension sur les installations électriques dans le domaine de la basse tension et les références des normes applicables en la matière.

11.2. RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE LA CNAMTS

  • R 407 et R 422 Sécurité lors des interventions sur machines, appareils et installations
  • R 409 Évaluation du risque chimique
  • R 416 Travail isolé et dangereux
  • R 447 Prévention des accidents lors des travaux en espaces confinés
  • R 488 Dynamique d’amélioration des conditions d’intervention en sécurité sur les machines

11.3. NORMES

NORMES (AFNOR et autres)

  • NF X60 000 avril 2016 : Maintenance industrielle - Fonction maintenance
  • NF C18-510 Janvier 2012 et ses modifications NF C18-510 F1 et F2 : Opérations sur les ouvrages et installations électriques et dans un environnement électrique - Prévention du risque électrique
  • Les normes NFC18-505 ci-dessous sont d'application obligatoire
  • NF C18-505-1 : mai 2017 - Travaux sous tension sur les installations électriques basse tension - Mesures de prévention mises en œuvre - Partie 1 : prescriptions générales ;
  • NF C18-505-2-1 : mai 2017 - Travaux sous tension sur les installations électriques basse tension - Mesures de prévention mises en œuvre - Partie 2-1 : prescriptions particulières pour les véhicules et engins à motorisation thermique, électrique et hybride  ; 
  • NF C18-505-2-2 : novembre 2013 - Travaux sous tension sur les installations électriques basse tension - Mesures de prévention mises en œuvre - Partie 2-2 : prescriptions particulières pour les installations industrielles et tertiaires ;
  • NF C18-505-2-3 : novembre 2013 - Travaux sous tension sur les installations électriques basse tension - Mesures de prévention mises en œuvre - Partie 2-3 : prescriptions particulières pour les opérations sur les batteries d'accumulateurs stationnaires.
  • Norme européenne : NF EN 13306 : janvier 2018 : Maintenance - Terminologie de la maintenance
  • ISO 11228-1: octobre 2021 : Ergonomie - Manutention manuelle - Partie 1 : manutention verticale vers le bas et manutention horizontale
  • NF EN 166 : janvier 2002 : Protection individuelle de l'œil - Spécifications
  • NF EN 15341 : août 2019 : Maintenance - Indicateurs de performance clés pour la maintenance

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVE

  • Conventions collectives du secteur industriel correspondant

12. BIBLIOGRAPHIE

Sur le métier

Sur les risques et les préventions

13. ADRESSES UTILES

REDACTION

  • AUTEURS : Maxime Lomme (Animateur Prévention sécurité ) (SPIE) (59), Claude Lamenardie (Expert, professionnel de la santé au travail) (33), Anne-Claire Richardot (Consultante en prévention des risques professionnels)(Cleversys)(92), Anne-Marie ROBERT (Médecin du travail (smrr)(51),  Pierrette Trilhe (médecin du travail retraité) (BF) (37)
  • DATE DE CREATION : Juillet 2010
  • RELECTEURS :
    • ESQESE (31) (2017) : Master 1A : CHAHINE, FORMENTY ; Master 1B : BUZZI, CIMOLINO, ROUAULT
    • IUT Saint-Malo (2021-2022) LPMGRI (Maintenance et Gestion des Risques dans l’Industrie) Rodriguez Vazquez Karen Edith (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ; Meunier Valentin (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), responsable pédagogique : Anne-Gabrielle Schmitt Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 
  • DERNIERE MISE A JOUR : Janvier 2022

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).