Fiches de métiers

   Renforcer la culture de la prévention 

 

  L'AFTIM Bossons Futé est une association loi 1901 reconnue d'utilité publique.  

 

 

 

                                                                                                       

Agriculteur-éleveur en production laitière sut petite et moyenne exploitation en agriculture raisonnée

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°235

ROME : A1407 CITP-08 : 6121 PCS 2020 : 10A4 ; 69A4 

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Chef d'exploitation éleveur laitier, agriculteur (production laitière), ouvrier agricole (production laitière), chef d'exploitation (production laitière), éleveur laitier.

2. DEFINITION

  • L'éleveur de vaches laitières assure :la gestion de son troupeau dans le but d'assurer une production de lait
    • la reproduction de son troupeau pour permettre un renouvellement du cheptel 
    • La vente de veaux pour la consommation alimentaire ou pour d'autres exploitations de vaches laitières

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • Aucune formation n’est requise pour devenir éleveur laitier, le métier s’apprend en majeur parti sur le terrain, un BAC PRO CGEA est possible.
  • Pour les agriculteurs à leur compte
    • Une formation de niveau 3 BPREA en formation adulte est requise pour être chef d'exploitation. Elle correspond à une formation niveau baccalauréat dans la filière agricole dans le cursus normal. Cette formation est nécessaire pour bénéficier des aides à l'installation aussi bien bancaires que par la chambre d'agriculture.
    • une formation en gestion d'entreprise est souhaitable pour permettre d’acquérir des compétences notamment dans le domaine de la gestion et la comptabilité un BTSA ACSE est possible.
  • Au niveau international et/ou européen cette activité peut être exercée sans qualification particulière après une formation sur le tas et/ou une formation acquise dans un autre secteur agricole.

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • L'activité s'exerce principalement en zone rurale, le plus souvent dans les divers lieux constitutives d'une ferme (stabulation, salle de traite, laiterie, grange...). La stabulation et la salle de traite peuvent être communes selon la taille de l'exploitation. Les animaux sont élevés en plein champ et en étable selon la saison.
  • L'activité peut être exercée comme exploitant agricole ou comme salarié d'un exploitant agricole ou d'une coopérative.

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

L'activité consiste à :

  • Nettoyer l'étable 2 fois par jour (matin et soir) : retrait de la paille souillée à l'aide d'un racloir dans la rigole à l'aide de l'évacuateur dans les étables entravées (les bêtes sont attachées). Dans les stabulations libres, le couloir de raclage (ou aire d'exercice) est nettoyé mécaniquement à l'aide de racloir. Paille, bouses et purin sont récupérés dans une fosse afin d'être utilisés comme engrais pour les champs.
  • Traire les vaches 2 fois par jour. Cette activité est le plus souvent mécanisée et se fait à heure fixe. Selon la taille de l'exploitation, la traite a lieu directement dans l'étable ou bien dans les salles de traite. La traite se décompose en plusieurs étapes :
    • Contrôle de l'état des mamelles et nettoyage à l'aide d'un tissu imprégné de savon liquide dilué dans l'eau tiède
    • Séchage à l'aide de papier absorbant (essuie-pis) biodégradable, ce qui permet son élimination dans la rigole
    • Branchement de la griffe portative sur le transfert de lait (les tuyaux situés en hauteur comprenant un tuyau de générateur de vide et un tuyau évacuateur de lait) relié à un réservoir de lait ou tank
    • Adaptation des embouts de la griffe (trayeuse) sur les trayons (extrémité du pis) au nombre de 4. Selon le nombre de griffes portatives et le type d'installation, plusieurs bêtes peuvent être traites simultanément
    • Retrait de la griffe manuellement ou automatique en fonction de types de machines.
    • Imprégnation de la mamelle à l'aide du trempage (solution protectrice) afin de prévenir les risques d'infection, suite à la dilation du pis par la traite
    • Dans les 8 premiers jours après vêlage ou en cas d'infection nécessitant un antibiotique par voie générale, les vaches sont traites et le lait est récupéré dans un réservoir spécifique ou pot à lait. Il est utilisé immédiatement pour l'allaitement des veaux, ou s'il est contaminé part à l'égout. 
  • Alimenter les veaux : lait de vache ou lait en poudre reconstitué distribué dans des biberons de 5 litres. Ultérieurement à partir de un mois et demi, une alimentation mixte est introduite.
  • Déterminer l'alimentation des vaches avec l'aide du contrôleur de lait en fonction de la qualité du lait produit, de la quantité, de l'objectif de production en tenant des qualités nutritives (valeur nutritive et énergique) des différents aliments, de l'observation de la vache et de la période du cycle de reproduction. Le type d'alimentation peut également être conditionné par le cahier des charges des AOC. L'ensilage est analysé afin de complémenter en éléments nutritifs.
  • Distribuer de l'alimentation des vaches en remplissant les "crèches" ou mangeoires avec la ration :
    • Des aliments concentrés sous forme de granulés à base de céréales et autres composants (blé, maïs, orge, soja, betterave, mélasse de canne à sucre ..... plus luzerne déshydratée) pour l'apport d'énergie
    • Du tourteau de soja (apport de protéines)
    • Des compléments minéraux
    • Du fourrage sous forme de foin, ou d'ensilage (fourrage fermenté).
  • Epandre de la paille propre sur le sol
  • Nettoyer le matériel à l'aide de détergents
  • Contrôler le tank (température et entretien...), vidé régulièrement par le ramasseur laitier
  • Tarir les vaches pleines deux mois avant la mise à bas : préparation des vaches à la mise à bas, mise au repos et reconstitution des réserves afin de préparer un nouveau cycle de lactation :
    • Modification de l'alimentation pour une alimentation moins riche, adaptée à l'état
    • Obstruction des mamelles à l'aide d'une seringue antibiotique pour éviter les infections
  • Sortir quotidiennement les animaux selon la saison et la météo
  • Séparer les génisses : ce sont des jeunes vaches d'un an, n'ayant pas encore procréé. Celles-ci sont inséminées par voie artificielle ou par saillie naturelle vers l'âge de 2 ans et demi selon le choix du chef d’exploitation.
  • Assurer le suivi des animaux par :
    • Surveillance au quotidien de l'état de santé des vaches avec en priorité la recherche de signes de mammite et suivi de l'état général (température, baisse de la production de lait, baisse de l'appétit, absence de rumination, douleur aux pattes...)
    • Pose d'aimant pour fixer les bouts de ferrailles se trouvant dans le fourrage ou dans l'herbe pâturée en cas de possible ingestions d’un corps étranger.
    • Surveillance des génisses : alimentation, surveillance des chaleurs à partir de 18 mois pour préparer la première vêle. En l'absence de chaleur, après avis vétérinaire, les génisses peuvent être doter d’un logiciel de gestion facilitant l’apparition de chaleur, si le dispositif s’avère non concluant les animaux peuvent être vendu en tant que vaches à viande à la boucherie.
    • Surveillance des veaux (diarrhée, état du nombril...) et marquage avec la pose des boucles d'identification
  • Gérer la reproduction du troupeau. Cette phase est importante, car une vache ne produit du lait que si elle donne naissance à un petit. La période de lactation dure environ 10 mois après la mise à bas. Après deux mois de repos (tarissement), la vache est à nouveau inséminée pour relancer le cycle de production :
    • Suivi des chaleurs des vaches afin de planifier les dates d'insémination, ou de renforcer l'ovulation par des stimulations. Après vêlage, les vaches sont inséminées à partir de la deuxième chaleur.
    • Suivi des gestations avec l’utilisation d’un échographe pour prédire la date de vêlage.
    • Surveillance des vêlages afin de pouvoir intervenir en cas de problème : utilisation de la vêleuse si le veau est « trop gros » ou s'il n'y a « pas assez de passage », voir césarienne si besoin en assistant le vétérinaire et surveillance de la délivrance, expulsion totale des annexes.
    • Aide à l'insémination des vaches en chaleur : achat de paillette selon les caractéristiques du taureau donneur et du prix. En cas de paillette de testage, provenant de taureaux n'ayant pas encore eu de veaux, la velle obtenue est gardée jusqu'à une lactation complète (environ 3 ans) afin de déterminer les caractéristiques du croisement : caractéristiques morphologiques du veau (qualité et forme des mamelles, taille, poids, croissance...) et la quantité de lait obtenue après le premier vêlage. Le suivi est fait par l'éleveur et le contrôleur laitier, qui adresse les résultats au laboratoire génétique.
    • Planification de la reproduction pour l'amélioration de la productivité du cheptel
  • Participer à la vigilance sanitaire et suivi de la prophylaxie réglementée :
    • Dépistage de la tuberculose par prise de sang selon la prévalence de la maladie dans le département concerné, brucellose et tuberculose sous conditions (cheptel à fort taux de rotation, cheptel classé à risque, avortement (à déclarer au vétérinaire), dépistage et vaccination contre l'IBR (Rhinotrachéïte Infectieuse Bovine) depuis 2006
    • Visite annuelle obligatoire pour le cheptel par le vétérinaire
  • Gérer le stockage du lait :
    • Surveillance mensuelle de la qualité (taux en protéines et acides gras) et de la quantité par une pesée mensuelle pour chaque animal par le contrôleur laitier. Cette tâche peut être faîte par l'éleveur.
    • Surveillance pluri mensuelle de la qualité du lait par des prélèvements réguliers au niveau du tank.
    • Ces deux paramètres déterminent le prix du kg de lait.
  • Procéder aux tâches administratives :
    • Réalisation et tenue à jour des activités d'autocontrôles
    • Tenue à jour des registres de traçabilité : registre d'identification, registre d'élevage (naissance et vente de vaches et de veaux), carnet de santé de chaque bête avec le suivi vétérinaire, les ordonnances, suivi de l'alimentation...
    • Déclaration des naissances avec détermination d'un numéro d'identification qui permettra le marquage obligatoire du veau dans les 7 jours
    • Déclaration des bêtes vendues
    • Remplissage d'un cahier d'épandage  et réalisation de plans d'épandages (engrais et fumier utilisés)
    • Gestion administrative de l'exploitation : finance, comptabilité, plan d'investissement
    • Commande de matériel et d'aliments
    • Achats de produits vétérinaires
    • Achats de paillettes d'insémination
    • Suivi de la réglementation et des nouvelles normes
    • Travail sur écran pour la gestion des finances et de la trésorerie.

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Tracteurs, et matériel d’élevage (pailleuse, épandeur à fumier...)
  • Seaux, bidons
  • Balais, fourches, pelles
  • Trayeuse, griffe, pot à lait, compresseur, système de réfrigération
  • Cuve réfrigérée pour le recueil du lait (tank à lait)
  • Vêleuse
  • Outils à main pour l'entretien du matériel
  • Cuve de gasoil rouge ou fuel
  • Ordinateur pour la gestion administrative qui peut être faite en ligne pour certaines tâches : cet outil est devenu aussi indispensable que le tracteur.

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Sacs d'aliments et silo de stockage pour bétail (luzerne, maïs, paille, sels minéraux...)
  • Bottes ou balles de paille pour la litière
  • Produits de nettoyage et de désinfection
  • Produits phytosanitaires
  • Produits vétérinaires et produits phytopharmaceutiques
  • Lubrifiants pour les engins agricoles
  • Gasoil agricole
  • Huile moteur

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Travail souvent isolé en petite unité familiale (GAEC, EARL, …) de petite ou moyenne taille.
  • Contact régulier avec le vétérinaire pour le suivi des animaux et la détermination du traitement de stimulation ou de la date d'insémination, sous forme d'un contrat de suivi mensuel ou selon l'état des animaux
  • Contact régulier avec le ramasseur de lait et le contrôleur
  • Contact régulier avec l'inséminateur pour la réalisation de l'insémination et l'achat de choix du type de paillette dont le prix varie selon la qualité, et l'insémination
  • Contact avec l'équarisseur pour l'évacuation des animaux morts
  • Contact avec le marchand de bétail pour l'achat de vaches laitières ou la vente de vaches non productives ou de veaux mâles ou de veaux femelles en surnombre
  • Contact avec le marchand de céréales (travail à façon)
  • Contact avec les coopératives agricoles
  • Contact avec la chambre d'agriculture (législation, aide au remplacement en cas de congé maternité...)
  • Contact avec les syndicats professionnels : Jeunes Agriculteurs, FDSEA fédération des exploitations agricoles, FNSEA...

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Disposer d’une bonne résistance physique
  • Supporter des amplitudes horaires très importantes
  • S’adapter aux impératifs saisonniers
  • Avoir un contact adapté avec les animaux
  • Respecter les règles d’hygiène concernant la manipulation des denrées alimentaires
  • Avoir le sens de l’observation
  • Avoir une bonne vision en cas de conduite
  • Etre vacciné
  • Être en mesure de pouvoir assurer la gestion correcte de l’exploitation

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations : surdité, troubles du langage, maladies chroniques et cancers (à discuter selon le poste), certains petits troubles moteurs.
  • Emploi peu compatible avec des pathologies ostéo-articulaires lourdes, des allergies respiratoires et/ou cutanées, des dermatoses, une cécité.

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • L'activité de culture est indissociable de l'exercice de la profession :
    • Culture de céréales pour subvenir aux besoins du cheptel (alimentation et soins). L'activité consiste à conduire et utiliser les engins pour exécuter les tâches suivantes :
      • Epandage : engrais et fumier récupéré lors de l'entretien des étables
      • Labourage
      • Semis
      • Moissonnage
      • Récolte mécanique
      • Les céréales récoltées sont échangées avec le marchand de céréales (travail à façon). Elles seront complétées avec d'autres aliments et transformées en aliments concentrés ou granulés.
    • Préparation de l'ensilage, forme de stockage du fourrage : découpe de l'herbe avec une conditionneuse (faucheuse), ramassage et broyage avec une ensileuse, puis mis en tas bien tassé à l'aide d'un tracteur (silo taupe). Ces tas sont recouverts avec des bâches plastiques hermétiques, maintenus à l'aide de pneus ou de tas de terre pour éviter le pourrissement et permettre une fermentation anaérobie.
    • Entretien du matériel agricole (maintenance, réparation)
    • Entretien des infrastructures (bâtiments, clôtures, champs...)
    • Vente ou achat de bétail
    • Suivi de formation continue métier ou gestion et informatique
  • Assurer une activité hôtelière (chambre d'hôte, gîte rural...)

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Chute sur sol glissant
  • Blessure par outil
  • Traumatisme par animal (morsure, coup de sabot)
  • Lumbago
  • Brûlures caustiques par les produits de nettoyage
  • Accident de la circulation lors de la conduite d'engins agricoles (chemins, routes)
  • Electrocution

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Travail pouvant exposer aux intempéries (travail en plein champ...)
  • Travail exposant aux poussières végétales (paille, aliments pour bétail)
  • Exposition aux UV (Soudure à l'arc)
  • Risque électrique lié à l'installation et aux matériels utilisés en cas de mauvais entretien
  • Vibrations transmises au corps entier par la conduite d'engins agricoles sur tout terrain
  • Travail en éclairage peu intense dans les bâtiments ou à l'extérieur
  • Bruit des trayeuses
  • Manutention, port de charges
  • Contraintes posturales
  • Gestes répétitifs
  • Travail en hauteur
  • Travail sur écran dû à la gestion et à la comptabilité

6.3. AGENTS CHIMIQUES ET PHYSIQUES

  • Produits d'entretien, de nettoyage et de désinfection
  • Produits phytosanitaires dont certains sont CMR
  • Produits vétérinaires
  • Fumées de soudure
  • Pollen
  • Poussières végétales (foin, paille,…)

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Contamination possible à l'occasion des soins aux animaux

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Ce travail nécessite de gérer plusieurs tâches en parallèle et des compétences multiples : génétique et reproduction, agriculture, gestion des stocks de fourrages et rotation des parcelles de pâturages, nutrition animale, santé animale, et comptabilité, fiscalité, gestion de trésorerie, des achats et investissements, et informatique.
  • Travail quotidien avec peu de jour de repos
  • Travail isolé pour de nombreuses tâches

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

REGIME AGRICOLE

  • Tableau n°1 RA : Tétanos professionnel
  • Tableau n°5 RA : Leptospiroses
  • Tableau n°5 bis RA : Maladie de Lyme
  • Tableau n°6 RA : Brucelloses
  • Tableau n°11 RA : Affections provoquées par les phosphates, pyrophosphates et thiophosphates d'alcoyle, d'aryle ou d'alcoylaryle et autres organophosphorés anticholinestérasiques, ainsi que par les phosphoramides anticholinestérasiques et les carbamates anticholinestérasiques
  • Tableau n°15 RA : Mycoses cutanées, périonyxis et onyxis d'origine professionnelle
  • Tableau n°16 RA : Affections professionnelles dues aux bacilles tuberculeux
  • Tableau n°25 RA : Affections provoquées par les huiles et graisses d'origine minérale ou de synthèse
  • Tableau n°30 RA : Rage professionnelle
  • Tableau n°39 RA : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
  • Tableau n°40 RA : Intoxication professionnelle par l'oxyde de carbone
  • Tableau n°44 RA : Affections cutanées et muqueuses professionnelles de mécanisme allergique
  • Tableau n°45 RA : Affections respiratoires professionnelles de mécanisme allergique
  • Tableau n°48 RA : Maladies engendrées par les solvants organiques liquides
  • Tableau n°49 RA : Affections dues aux rickettsies
  • Tableau n°50 RA : Pasteurelloses
  • Tableau n°57 RA : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par des vibrations de basses et moyennes fréquences transmises au corps entier
  • Tableau n°57 bis RA : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle habituelle de charges lourdes

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Autres zoonoses : teigne...

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. REGLEMENTATION

  • Les travailleurs indépendants ne sont pas soumis à l'obligation d'une surveillance médicale de médecine du travail.
  • Seuls relèvent de la médecine du travail les travailleurs salariés. Se reporter à la fiche Suivi individuel de l'état de santé des salariés et à ses annexes
  • Les salariés du secteur agricole sont suivis par la MSA (Mutualité Sociale Agricole)
  • En fonction des risques présents et notamment l’usage de produits CMR (cancérigène, mutagène ou toxique pour la reproduction) l’éleveur doit bénéficier d’un suivi individuel renforcé. Sinon il relève d’un suivi individuel simple

8.2. CONTENU

  • 8.2.1. Entretien médical
    • Examen standard en insistant sur l’état cutané, respiratoire, neurologique, et néphrologique, la vision, l'audition, l'état veineux, le système ostéoarticulaire, la consommation éventuelle de psychotropes et l’état mental (dépistage du stress et de la dépression)
  • 8.2.2. Examens complémentaires si nécessaire suivant les postes et la clinique :
    • Bilan ophtalmologique en cas de conduite et/ou soudure
    • Audiogramme en cas d'exposition au bruit
    • Radio pulmonaire de référence et épreuves fonctionnelles respiratoires
    • Electrocardiogramme de référence
  • 8.2.3. Vaccinations en fonction des recommandations de l'OMS et des risques
    • Tétanos
    • Leptospirose en fonction de l'évaluation des risques
    • Rage en fonction de l'évaluation des risques et la zone géographique
    • Grippe
    • Covid 19
  • 8.2.4. Suivi post professionnel: A envisager en raison de l’exposition aux agents CMR. Une attestation d'exposition aux agents chimiques dangereux et/ou cancérogènes est remplie par l'employeur et le médecin du travail et remise au travailleur à son départ de l'établissement. Pour certains agents cancérogènes, les modalités de la surveillance post-professionnelle sont fixées par arrêté
  • 8.2.5. Dossier médical
    • Pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel.
    • Les informations peuvent être intégrer éventuellement dans le DMP (dossier médical partagé)

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Pollution possible de l'environnement par les animaux malades ou les litières souillées, par les produits phytosanitaires
  • Risque potentiel d'incendie du fourrage par acte de malveillance, orage
  • Risque d'incendie lié au stockage de gasoil et à l’utilisation de matériel agricole
  • Risque d'incendie ou d'explosion lié à la soudure, à l'installation électrique
  • Risque de pollution de l’atmosphère lié aux gaz d’échappement des véhicules agricoles.
  • Risque de nuisances sonores et olfactives pour les habitants à proximité de l’exploitation
  • Risque d’intoxication d’animaux ou d’habitants par rejet de produis phytosanitaires dans des sources d’eau par ruissellement ou lixiviation.

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Vibrations transmises au corps entier :
    • Mesures de vibrations transmises au corps entier
    • Valeur limite d'exposition journalière rapportée à une période de référence de 8 heures : 1,15 m/s2 pour les vibrations transmises à l'ensemble du corps

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Normes à respecter pour la construction du bâtiment et du type d'élevage
  • Eclairage suffisant et homogène
  • Aménagement des salles de traite
  • Installation de couloir de contention
  • Aide mécanique à la manutention
  • Insonorisation des machines et/ou des locaux
  • Sols entretenus (secs, sans trous ou fissures)
  • Locaux maintenus propres et aérés
  • Respect de la réglementation sur la prévention sanitaire : dépistage annuel obligatoire de la brucellose animale selon les régions, recherche éventuelle de la fièvre Q (non obligatoire), dépistage de l'IBR

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Vaccination antitétanique ; vaccination contre la leptospirose ; vaccination contre la rage selon la région
  • Bottes ou chaussures antidérapantes et coquées
  • Gants et tablier pour la mise bas
  • Protections auditives si nécessaires
  • Protection adaptées en cas de manipulation de produits phytosanitaires
  • Soins adaptés en cas de pathologie

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Formation à l'hygiène des locaux, des animaux et des personnes en contact
  • Formation à la manutention des animaux
  • Formation aux risques liés aux zoonoses
  • Formation aux risques liés aux produits phytosanitaires et aux produits d'entretien
  • Formation pour l’application de méthode de phytothérapie et d’aromathérapie
  • Formation de sauveteur secouriste du travail (SST)

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

Internationaux et européens

  • Règlement (CE) n° 21/2004 du Conseil du 17 décembre 2003établissant un système d'identification et d'enregistrement des animaux des espèces ovine et caprine et modifiant le règlement (CE) n° 1782/2003 et les directives 92/102/CEE et 64/432/CEE
  • Règlement (CE) n o 2073/2005 de la Commission du 15 novembre 2005 concernant les critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires (Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)
  • Règlement (CE) n° 853/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 fixant des règles spécifiques d'hygiène applicables aux denrées alimentaires d'origine animale
  • Règlement (CE) n° 852/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 relatif à l'hygiène des denrées alimentaires

Français

  • Code rural et de la pêche maritime
    • Livre 7 - Titre II : Organisation générale des régimes de protection sociale des professions agricoles et suivants Art L731-1 et suivants
    • Chapitre VII : Santé et sécurité au travail Art R717 à R 717-97
  • Textes concernant la santé animale (surveillance du cheptel) :
    • Arrêté du 19 décembre 2005 modifié relatif à l'identification des animaux des espèces ovine et caprine
    • Arrêté du 10 octobre 2013fixant les mesures techniques et administratives relatives à la prophylaxie collective et à la police sanitaire de la brucellose ovine et caprine
  • Textes concernant l'hygiène alimentaire pour les élevages laitiers :
    • Voir les règlements (CE) ci-dessus

11.2. RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE LA CNAMTS

  • R 367 Risques dues aux moyens de manutention à la poussée et/ou à traction manuelle
  • R 409 Evaluation du risque chimique
  • R 428 Le stockage du nitrate d’ammonium et des ammonitrates solides

11.3. NORMES

  • Norme ISO 14055-1 : prescrit les directives sur les bonnes pratiques pour lutter contre la dégradation et l’asséchement des terres.
  • Norme ISO 27 065 : décrit la nécessité de matériel de protection en cas d’usage de produits phytosanitaires.
  • Norme ISO 1871:2009 : ligne directrice générale pour le dosage de l’azote dans les produits alimentaires et aliments des animaux
  • Norme 8107:2003 : spécifie la méthode de dénombrement de micro-organisme présent dans la semence congeler des taureaux pour l’insémination.
  • Norme ISO/TS 19657:2017 : définition et critère technique permettant de considérer un ingrédient alimentaire comme naturel
  • Norme ISO/TS 34700:2016 exigences général et orientation, pour les organisations des filières alimentaires
  • NF EN 345 : Spécification des chaussures de sécurité à usage professionnel
  • Normes ISO 9241-300 et 302 à 307 définissent « les exigences relatives à la conception ergonomique des écrans de visualisation électroniques. »

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

Convention collective nationale de la production agricole et CUMA (Coopérative d’utilisation de matériel agricole du 15 septembre 2020). IDCC 7024

12. BIBLIOGRAPHIE

Sur le métier

Sur les risques du métier

Sur la formation

  • RNCP 38093 : BP – responsable d’entreprise agricole
  • Formacode 21052 : Gestion exploitation agricole

13. ADRESSES UTILES

REDACTION

  • AUTEURS : Amel Hadjaj-Bernaudin (médecin du travail) (Snecma Services) (78), Joëlle Mallet (chef d'exploitation agricole) (15)
  • DATE DE CREATION : Mars 2007
  • RELECTEURS: Elwan STEINMETZ et Louis TRONCIN Etudiants en B.U.T HSE Science du danger  et management  des risques professionnels technologiques et environnementaux - Université de Franche-Comté – Vesoul, sous la direction de Aurélie Weinachter  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et de Franck Maas Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ;
  • DERNIERE MISE A JOUR : Décembre 2023

Pour toutes remarques et propositions de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Réagir à cette fiche

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).