Fiches de métiers

Opérateur de tri d'emballages ménagers

citas de amor de hombres ilustres Tastylia Online Without Prescription/ FICHE METIER BOSSONS FUTE N°210

ROME : K2304
CITP-08 : 9613 PCS 2003 : 217e - 637d - 684b

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Agent de centre de traitement de déchets, agent de centre de tri.

2. DEFINITION

  • L’opérateur de tri procède manuellement au tri final des emballages ménagers (EM), préalablement pré-triés par les producteurs de déchets (consommateurs) puis par des équipements de tri mécanisés (cribles), afin de permettre le recyclage de ces emballages.
  • Le tri est :
    • soit positif dans le cas d'apports en mélange (poubelle multi-matériaux -papier, plastique, métal-): chaque déchet doit être visuellement rattaché par le trieur à une catégorie et orienté en conséquence vers un convoyeur ou conteneur dédié
    • soit négatif dans le cas d'apports mono-matériaux (apports volontaires des consommateurs en points de collectes spécialisés : corps plats et creux) : seule la part non conforme doit être prélevée par le trieur.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • L'emploi est accessible sans qualification ou avec des qualifications de niveau V en France ; 0 ou 1 en classification internationale ; 1 en classification européenne.

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • L'activité s'exerce dans un centre de tri d'emballages ménagers (EM) dans le cadre d'une entreprise privée ou d'une collectivité territoriale.

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

source url L'activité consiste à :

  • Enlever du tapis les déchets indésirables (encombrants, verres, seringues, canettes, emballages de pesticides, bidon de peinture...)
  • Observer et palper les déchets afin de déterminer leur nature
  • Trier les déchets selon leur nature : déchets plats (journaux, magazines...), déchets creux (bouteilles de lait, d’eau, de détergents...). Les affecter dans le circuit (conteneur, tapis, bennes) qui leur est réservé
  • Contrôler sur ligne, en fin de circuit, la qualité du tri effectué par l’équipe. Ajuster le débit pour atteindre le niveau de qualité de tri fixé
  • Analyser par pesée la conformité du tri
  • Répertorier et quantifier les indésirables, transmettre le résultat du suivi au responsable d’exploitation
  • Ranger son poste de travail en fin de service

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Balai pour le nettoyage du poste, balance, containers, convoyeurs, poubelles, trommel, tapis

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Déchets pouvant être contaminés par des germes, des produis chimiques ; objets contondants

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Contact avec les agents de maintenance du centre de tri, collègues de travail, chef de chantier

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Avoir la résistance physque nécessaire pour supporter les contraintes du poste
  • Etre capable de comprendre et de respecter les consignes de sécurité

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations variables selon les tâches confiées : surdimutité, certaines maladies chroniques et cancers, certaines pathologies psychiatriques
  • Emploi peu compatible avec la cécité, les troubles ostéoarticulaires

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Collecte des déchets "volants" à l’extérieur
  • Autre secteur de tri si le centre est multi-activités : tri au sol DIB, réception-pesage
  • Encadrement

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Lombalgies, cervicalgies, troubles musculo-squelettiques (TMS)
  • Chute de plain-pied, chute de hauteur (passerelle)
  • Malaises
  • Plaies, coupures

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Courants d'air, chaleur, froid, ventilation non maitrisée
  • Atmosphère poussiéreuse
  • Vibration en cabine (cabine en hauteur solidaire des convoyeurs)
  • Exposition au bruit : trommel, tapis, engin, musique d'ambiance
  • Lumières artificielles, éclairage éblouissant
  • Odeurs
  • Travail debout, avec torsions et flexions du tronc
  • Gestes répétitifs des membres supérieurs au poste de tri cabine. Extension avant ou arrière du bras selon la tâche
  • Sollicitation constante des doigts, préhensions répétées d’objets plats ou creux sur les tapis (jusqu’à 1800 saisies à l’heure)
  • Gestes répétitifs des yeux et du cou au poste de tri cabine
  • Manutention manuelle de charge (conteneur plein pesant entre 10 et 40 kg en cabine de tri)

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Brûlure, irritation respiratoire ou cutanée, liées à la manutention de déchets de produits d'entretien ménagers, pesticides, solvants...

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Risque de contamination par piqûre (seringues usagées) : hépatite, HIV
  • Risque d'affections respiratoires, selon l’environnement et l’origine des poussières
  • Risque de troubles intestinaux d’origine bactérienne
  • Surinfections de plaies

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Sollicitation permanente de la mémoire
  • Activité en sous-traitance (pas de maîtrise de l’outil), panne gérée par le donneur d’ordre
  • Rapidité d'exécution des tâches, pas de régulation individuelle du flux
  • Pause à heure fixe
  • Contrainte de volumes dans un temps limité

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

binäre optionen banken Allergies exceptionnelles

  • Tableau n°45 RG : Infections d'origine professionnelle par les virus des hépatites A, B, C, D et E. Services de ramassage, traitement, récupération de déchets médicaux, d'ordures ménagères
  • Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Fatigue physique

8. SURVEILLANCE MEDICALE

  • Les salariés effectuant le traitement des ordures sont soumis è une surveillance médicale renforcée.

8.1. VISITE MEDICALE

  • Visite d'embauche et puis visite tous les ans (ou tous les six mois en cas de travail de nuit)
  • Examen clinique complet avec recherche de lésions cutanées, de troubles digestifs, d’une pathologie infectieuse pulmonaire ou ORL, de troubles ostéo-articulaires
  • Surveillance de l'état veineux, la vue et l'audition
  • Recherche de signes de fatigue, de troubles du sommeil en cas de travail de nuit

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • Audiogramme en cas d'exposition au bruit (articles R4431-2 et R4435-2 du code du travail)

8.3. VACCINATIONS

  • Rappel DTPolio tous les 10 ans conseillé
  • Hépatite B à discuter

8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL

  • Selon le risque chimique

8.5. DOSSIER MEDICAL

  • Durée de conservation variable selon la nature des expositions

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Propagations microbiennes, prolifération de rongeurs, bruit de voisinage
  • Accidents de circulation en raison des livraisons de déchets

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Bruit :
    • Mesurage du niveau d'exposition au bruit à l'aide d'un sonomètre et/ou d'un exposimètre
    • Valeurs limites d'exposition :
      • niveau d'exposition quotidienne au bruit de 87 db(A)
      • ou niveau de pression acoustique de crête de 140 dB(C)
  • Manutention : analyse de la manutention manuelle au poste de travail
  • Vibrations transmises au corps entier :
    • Mesures de vibrations transmises au corps entier
    • Valeur limite d'exposition journalière rapportée à une période de référence de 8 heures : 1,15 m/s2 pour les vibrations transmises à l'ensemble du corps

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

click here En cabine de tri :

  • Ecarter les déchets dangereux (seringues, produit phytosanitaire, solvant...) en amont
  • Limiter la profondeur et la largeur du tapis
  • Permettre aux salariés d’adapter leur poste de travail à leur morphologie
  • Privilégier la rotation aux postes de travail en cas de fortes variations de cadences
  • Limiter la manutention manuelle de charge (conteneur)
  • Prévoir l’isolation phonique et thermique de la cabine, du reste du centre
  • Réduire les nuisances sonores à la source (entretien des convoyeurs, encoffrement), prévoir des revêtements insonorisant sur les goulottes
  • Maîtriser l’ambiance (température entre 18 et 23 degrés) et l’hygrométrie
  • Renouveler de l’air au niveau des agents
  • Veiller à la qualité des éclairages (non éblouissant, de l'ordre de 750 lux, lampes longue durée, bon rendu des couleurs : indice > 80)

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Vêtements et chaussures adaptés et lavés régulièrement. Tenue de rechange à disposition en cas de salissure accidentelle (produits chimiques)
  • Fourniture de gants résistance chimique, contre coupure, lunettes
  • Protection auditive permettant la communication ou casque
  • Siège "assis debout"

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Formation PRAP (Prévention des Risques liés à l'Activité Physique)

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Déchets :
  • Santé au travail :
    • Circulaire DRT n°2002-09 du 5 mai 2002 relative au travail de nuit.
    • Décret n°2002-792 du 3 mai 2002 pris pour l'application des articles L.213-2, L.213-3, L.213-4 et L.213-5 du code du travail : concerne le travail de nuit, y compris les modalités de la surveillance médicale spéciale.
    • Décret n° 2003-1254 du 23 décembre 2003 relatif à la prévention du risque chimique et modifiant le code du travail.
    • Arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale. Collecte et traitement des ordures.
    • Annexe à l'arrêté du 23 juillet 1947 modifié par les arrêtés des 1er février 1950, 15 octobre 1951, 13 décembre 1982, 30 juillet 1986, 28 décembre 1988, 22 novembre 1989, 22 octobre 1991 et 4 avril 1995 : Travaux salissants visés par les tableaux des maladies professionnelles annexés au décret n°46-2959 du 31 décembre 1946 codifié. Travaux de collecte et de traitement des ordures.
    • Article R231-51 du Code du travail. Substances et préparations dangereuses.
  • Etablissements classés :
    • Décret n°2000-258 du 20 mars 2000 modifiant le décret no 77-1133 du 21 septembre 1977 pris pour l'application de la loi n°76-663 du 19 juillet 1976 relative aux installations classées pour la protection de l'environnement.
    • Décret n°96-18 du 5 janvier 1996. Décret modifiant le décret n° 77-1133 du 21 septembre 1977 pris pour l'application de la loi n° 76-663 du 19 juillet 1976 relative aux installations classées pour la protection de l'environnement et le décret modificatif n° 94-484 du 9 juin 1994.
    • Décret n°94-484 du 9 juin 1994. Décret modifiant le décret n° 77-1133 du 21 septembre 1977 pris pour l'application de la loi n° 76-663 du 19 juillet 1976 relative aux installations classées pour la protection de l'environnement et du titre Ier de la loi n° 64-1245 du 16 décembre 1964 relative au régime et à la répartition des eaux et à la lutte contre leur pollution et modifiant le livre IV du code de l'urbanisme.
    • Loi n°85-661 du 3 juillet 1985 modifiant et complétant la loi n° 76-663 du 19 juillet 1976 relative aux installations classées pour la protection de l'environnement.
    • Décret n°77-1133 du 21 septembre 1977. Décret pris pour l'application de la loi n°76-663 du 19 juillet 1976 relative aux installations classées pour la protection de l'environnement. TITRE Ier : Dispositions applicables aux installations soumises à autorisation

11.2. RECOMMANDATIONS ET NORMES

11.2.1. RECOMMANDATIONS DE LA CNAMTS

  • R 206 Traitement des ordures ménagères (1981)
  • R 259 Etablissement d'un plan de circulation sur les lieux de travail (1985)
  • R 288 Déchets industriels. Manutention, stockage, transport et traitement (1987)
  • R 407 Sécurité lors des interventions sur machines, appareils et installations (2004)
  • R 409 Evaluation du risque chimique (2004)

11.2.1. NORMES (AFNOR)

11.3. CONVENTION COLLECTIVE ET ACCORDS DE BRANCHE

12. BIBLIOGRAPHIE

  • ROME les fiches métiers. K2304 Revalorisation de produits industriels. (Pôle emploi) (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : 9613 Balayeurs et manœuvres assimilés. (O.I.T.) (2008)
  • Conception des usines de traitement des ordures ménagères et déchets assimilés. Edition INRS ED 914 (INRS) (2005)
  • Guide du traitement des déchets. A. Damien. 3e édition. DUNOD, 2004
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 217e Artisans des services divers - 637d Ouvriers qualifiés divers de type artisanal - 684b Ouvriers non qualifiés de l'assainissement et du traitement des déchets. (INSEE) (2003)
  • Toxicité associée aux déchets ménagers et à leurs filières de traitement. Encyclopédie médico-chirurgicale. Toxicologie, pathologie professionnelle 16-001-M-10. (Editions scientifiques et médicales Elsevier) (2002)
  • Recensement des agents émis lors des déversements d'ordures ménagères en situation professionnelle et identification des dangers par inhalation. Environnement, risques et santé, volume 1, n°3, juillet-août 2002
  • Hygiène et santé dans la filière déchet. Forum SOFHYT-RSD. Lyon, 30 juin 2000. Notes de congrès 84 TD 107. Documents pour le médecin du travail, n°84, 4e trimestre 2000 (INRS) (1998)

http://emilymarchblog.com/maglayd/5790 opzioni binarie bande di bollinger AUTEURS : Cathy Madec-Quéméneur (préventeur sécurité) (Quorus) (29)
rencontres smartphone DATE DE CREATION : Juillet 2006
enter site DERNIERE MISE A JOUR : Janvier 2010

Commentaires

site de rencontres artistes Réagir à cette fiche

dating verstandelijke beperking Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).