Fiches de métiers

   

Vous êtes professionnels de santé, universitaires,préventeurs ? Rejoignez la communauté Bossons Futé

         Un réseau pluridisciplinaire de rencontres et d’échanges

    Notre mission ? Renforcer la culture de la prévention

                                                                                                       

Thanatopracteur

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°4

ROME : K2603 CITP-08 : 5163 INSEE : 217e - 564b

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Embaumeur de corps humain, employé technique des services funéraires, responsable des soins mortuaires.

2. DEFINITION

  • Le thanatopracteur est chargé des soins de conservation des corps humains, des soins d'hygiène ou de présentation, jusqu'à l'heure de la mise en bière.
  • Il procède à l'habillage du défunt à la demande des familles. Il prépare les corps pour des médecins légistes. Il est chargé de réhumaniser les cadavres pour faciliter le deuil des proches. Ce traitement permet de fournir un corps aseptisé ayant perdu 90% de sa charge bactérienne. Ainsi ses soins permettent de ralentir la putréfaction naturelle et de mieux préserver le corps. Il offre une dernière image digne du corps d'un proche décédé.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • La formation au métier de thanatopracteur se fait par différentes filières.
    • Pour intégrer une formation de thanatopraxie, il faut avoir le niveau baccalauréat ou être issu du milieu des pompes funèbres, voire même les deux.
    • La formation théorique est de 190 h sur 3 mois minimum portant sur la thanatopraxie ou soins de conservation et sur la réglementation funéraire. 
    • La formation pratique se fait sur au moins 75 soins de conservation
    • La formation au métier peut être coûteuse, le nombre de candidats étant ainsi relativement faible.
  • A l'issue de la formation il faut réussir le concours national (examen écrit de 2 x 3 heures et évaluation de la formation pratique) qui délivre le diplôme national de thanatopracteur.
  • Pour exercer
    • Il faut l'habilitation préfectorale prévue par la loi 93.23 du 08 janvier 1993.
    • Le permis B est requis.
    • Dans la fonction publique territoriale, le thanatopracteur est un fonctionnaire de catégorie B.

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • Le thanatopracteur peut être salarié d'une entreprise de pompes funèbres, fonctionnaire dans un service municipal ou être un travailleur indépendant.
  • Il peut travailler en laboratoire, au domicile des particuliers, dans des maisons de retraite, dans les morgues des hôpitaux, dans des chambres funéraires, dans un funérarium

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

  • Apporter son soutien aux familles endeuillées, les conseiller et les écouter
  • Assurer les soins de conservation
    • Tractions au niveau des membres afin de rompre la rigidité cadavérique
    • Lavage des cheveux et du corps à l'éponge ou à la douchette
    • Nettoyage des orifices naturels avec du coton et du formol
    • Positionnement de la bouche et pré-ligature de celle-ci
    • Préparation du matériel de thanatopraxie :
      • bocal d'injection avec pompe électrique
      • bocal de ponction avec pompe
      • tube de ponction
      • instruments (scalpels, crochets, séparateur, pinces à mécher, ciseaux, pinces à clamper, pinces serre-tubes, aiguilles courbes, fil...)
    • Mélange du formol dans le bocal d'injection (110 ml/3 litres d'eau)
    • Extériorisation de l'artère carotidienne ou fémorale
    • Introduction de la canule d'injection dans l'artère et injection de 2 litres de Formoltel artériel (formol + éosine + adoucisseur)
    • Incision sous sternale, ponction cardiaque et drainage veineux, puis reprise de l'injection (4 litres)
    • Ponction générale avec le même tube (liquide pleural, urinaire, ascite et intestinal)
    • Injection du produit formolé non coloré au niveau abdominal et des différents organes puis bouchon de suture abdominal
    • Habillage du corps
    • Ligature finale de la bouche
    • Introduction des coquilles au niveau des yeux
    • Séchage, coiffure des cheveux et maquillage éventuellement
    • Remarque : Sur les corps accidentés ou autopsiés, restauration des corps avec de la cire et du maquillage.
  • Remise en ordre des locaux après les interventions
  • Restauration esthétique, remodelage post traumatique
  • Habillage et préparation du défunt
  • Installation du corps dans le cercueil
  • Présentation du défunt à la famille
  • Gestion et entretien des stocks des produits et matériels professionnels

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Bocal d'injection avec pompe électrique
  • Bocal de ponction avec pompe
  • Tube de ponction
  • Instruments (scalpels, crochets, séparateur, pinces à mécher, ciseaux, pinces à clamper, pinces serre-tubes, aiguilles courbes, fil...)

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Produits de désinfection
  • Formol
  • Cosmétiques

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Famille du défunt
  • Soignants de l'hôpital
  • Personnels des pompes funèbres

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Avoir le permis de conduire
  • Avoir une bonne résistance physique et psychique
  • Avoir des qualités relationnelles
  • Pouvoir se déplacer dans des lieux divers
  • Soulever et/ou déplacer manuellement des charges lourdes
  • Supporter l’odeur et le contact des morts
  • Avoir une vision suffisante de près
  • Pouvoir travailler avec des familles en deuil (bonne présentation, respect, empathie..) et adapter son comportement
  • Porter une tenue de travail et des  équipements de protection individuelle
  • Connaître et respecter les consignes et les règles de sécurité dans la manipulation des produits de conservation
  • Respecter les normes d’hygiène et de sécurité
  • Travailler au contact de substances toxiques

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations : surdité-mutité, maladies chroniques et cancers, certains troubles moteurs.
  • Emploi peu compatible avec la cécité, les tremblements intentionnels des membres supérieurs.

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Assistant funéraire, maître de cérémonie, démarcheur, vendeur, 
  • Gérant d'une entreprise de pompes funèbres

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Accidents de manutention
  • Piqûres, coupures
  • Projections de sang et de liquides biologiques

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Déplacements
  • Odeur de la mort, des selles, des urines...
  • Manutention

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Formaldéhyde (formol) : substance cancérogène de catégorie 3, étiquetée R40 (Effet cancérogène suspecté - preuves insuffisantes)

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Hépatite A, hépatite B, hépatite C, VIH, bacille de Koch, prions, virus de la grippe...
  • Agents infectieux de maladies nosocomiales pour les défunts ayant reçu de longs soins en hôpitaux...

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Gestion de la douleur des familles
  • Travail solitaire avec le mort
  • Contact permanent avec des corps plus ou moins abimés
  • Sous-estimation du danger septique lié au contact avec les cadavres
  • Cause du décès non mentionnée dans les certificats de décès
  • Multiplicité des lieux de travail (funérarium, domicile, caravane, église, établissements de soins, maisons de retraite...)
  • Horaires variables
  • Assumer un métier peu reconnu et compris (solitude du praticien)

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°40 RG : Affections dues aux bacilles tuberculeux et à certaines mycobactéries atypiques
  • Tableau n°43 RG : Affections provoquées par l'aldéhyde formique et ses polymères
  • Tableau n°43 bis RG : Affections cancéreuses provoquées par l'aldéhyde formique
  • Tableau n°45 RG : Infections d'origine professionnelle par les virus des hépatites A, B, C, D et E
  • Tableau n°57 RG : affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
  • Tableau n°80 RG : Kératoconjonctivites virales
  • Tableau n°98 RG : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Non documenté

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. REGLEMENTATION

8.2. CONTENU 

  • 8.2.1. Visite médicale : 
    • Surveillance ostéoarticulaire, état veineux, maladies contagieuses, état psychique, respiratoire et cutané
    • En cas de déplacement au domicile des clients l'état de santé doit être compatible avec l'arrêté du 21 décembre 2005 fixant la liste des affections médicales incompatibles avec l'obtention ou le maintien du permis de conduire ou pouvant donner lieu à la délivrance de permis de conduire de durée de validité limitée.
    • par prudence écarter du poste les femmes enceintes non immunisées contre la toxoplasmose
  • 8.2.2. Examens complémentaires 
    • Dosage d'anticorps antiHbS pour les personnes vaccinées contre l'hépatite B après 25 ans
    • Sérologie VIH, recherche d'anticorps anti HCV à discuter
  • 8.2.3. Vaccinations en fonction des recommandations de l'OMS (article L3111-4 du Code de la santé publique)
    • Tétanos
    • hépatite B
    • Grippe
    • Covid 19
    • Rubéole conseillée, sous contraception, en cas de sérologie négative chez les femmes en âge de procréer
  • 8.2.4. Suivi post professionnel : Pas à priori
  • 8.2.5. Dossier médical
    • Pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel.
    • A intégrer éventuellement dans le DMP

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Pollution par les produits de conservation ou le sang en cas en cas de non respect des consignes de gestion des déchets ou de déversement accidentel
  • La majorité des pays européens interdisent la thanatopraxie lors d'une cérémonie avec crémation.  La combustion du formol forme des dioxines...

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Agents chimiques : prélèvements d'atmosphère et analyses (formaldéhyde...)

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

Technique

  • Locaux adaptés au travail : plan de travail à niveau, éclairage, ventilation ...
  • Aménager des postes de préparation des liquides d’injection
  • Utiliser des systèmes empêchant les chutes d’objets
  • Utiliser des systèmes d’aide mécanique pour le transport des cercueils (chariot, civière roulante…)
  • Utiliser des dispositifs de blindage des fouilles lors du creusement des tombes

Organisationnelle

  • Respecter de la réglementation concernant la thanatopraxie : celle-ci ne peut être pratiquée chez des personnes ayant été atteintes de maladies contagieuses. Ceci doit être notifié dans le certificat de décès par le médecin qui l'a établi.
  • Dans le cas de soins à domicile, les ouvrants disponibles (fenêtres, portes) doivent être utilisés pour aérer
  • Utiliser de matériel à usage unique
  • Déposer un masque sur le nez et la bouche du défunt pendant le soin
  • Transport des fluides par véhicule habilité pour le transport de déchets humains
  • Eliminer les DASRI (Déchet d'Activité de Soin à Risque Infectieux) du corps dans les filières spécialisées 
  • Incinérer les liquides physiologiques qui contiennent une forte teneur en bactéries
  • Veiller à l’entretien régulier des véhicules

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Combinaison complète
  • Surchaussures
  • Gants en latex
  • Lunettes à écrans latéraux
  • Calot
  • Masque

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Formation sur la prévention des risques au niveau de l'école de thanatopraxie
  • Formation gestes et postures

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

Code général des collectivités territoriales

Code du travail 

Autres textes

  • Décret n° 2017-983 du 10 mai 2017 relatif aux conditions d’intervention des thanatopracteurs et à l’information des familles concernant les soins de conservation 
  • Arrêté du 18 mai 2010 modifié par l'arrêté du 12 juin 1998 fixant les conditions d'organisation de la formation et de l'examen d'accès au diplôme national de thanatopracteur
  • Arrêté du 29 janvier 1993 portant application de l'article R. 231-68 du code du travail relatif aux éléments de référence et aux autres facteurs de risque à prendre en compte pour l'évaluation préalable des risques et l'organisation des postes de travail lors des manutentions manuelles de charges comportant des risques, notamment dorso-lombaires

11.2. RECOMMANDATIONS

11.3.  NORMES

NORMES FRANCAISES ET EUROPEENNES  (AFNOR)

  • X35-109. Avril 1989. Ergonomie - Limites acceptables de port manuel de charges par une personne

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

12. BIBLIOGRAPHIE

Sur le métier et la formation

Sur les risques professionnels et leurs préventions

13. ADRESSES UTILES

REDACTION

  • AUTEURS : Sylvie Laï (médecin du travail) (ACIST) (94)
  • DATE DE CREATION : Octobre 2001
  • RELECTEURS : COCHARD Alison Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., étudiante en 2ème année de DUT Hygiène Sécurité Environnement à NIORT
  • DERNIERE MISE A JOUR : Mars 2022

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).