Fiches de métiers

Sécheur sur machine à papier (MAP)

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°336

ROME :H3101 CITP-08: 8171 INSEE : 626C, 674e

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Conducteur sècherie, conducteur de sécheuse, ouvrier de fabrication de papier.

2. DEFINITION

Le sécheur est un agent chargé de la conduite et de la surveillance du bon fonctionnement de la partie de la machine séchant le papier pendant la fabrication de la feuille.

Il intervient après la phase de formation de la feuille et éventuellement d’apprêtage de la feuille (apport de substances pour modifier la surface de la feuille) et avant le lissage du papier par passage dans une calandre (non systématique) et l’enroulage de la feuille (formation de la bobine).

La machine à papier est constituée :

  • de la partie humide comprenant la section toile et la section presses
  • de la sécherie composée de cylindres alimentés en vapeur et parfois d’une size-press pour déposer un film d’amidon sur la feuille.
  • de l’enroulage du papier comprenant le pope et parfois une lisse permettant de donner du brillant à la feuille.

3. FORMATION - QUALIFICATION

Le poste est accessible généralement à partir de formations de niveau V (CAP, BEP, CFPA...) dans les domaines de l'électromécanique, l'électrotechnique ou de la mécanique et parfois à partir de formations de niveau IV (Bac professionnel ou technologique) dans les mêmes domaines. Les activités les moins qualifiées (aide-conducteur...) restent accessibles avec une formation initiale peu élevée. Une formation de papetier est généralement souhaitée. Si elle n'a pas été suivie, la connaissance du produit peut néanmoins être acquise au sein de l'entreprise.
La progression dans l'emploi/métier s'effectue souvent par acquisition d'expérience professionnelle et de polyvalence au sein de l'entreprise.

check out this site 4. ACTIVITE PRINCIPALE

http://mohsen.ir/?danilov=خيار-ثنائي-مكا٠أة-مجاني4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • l'activité s 'exerce dans des entreprises de fabrication de papiers dite «  PAPETERIE »
  • Elle se fait en atelier, « au pied de la machine ».

http://www.visionarywebsite.com/?kiolsa=opzioni-binarie-mordi-e-fuggi&4dc=73 4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE :

L'activité consiste à:

  • useful forex tools Conduire l’installation, en général automatisée, à partir les pupitres de commandes
  • http://ny.ithu.se/pl/mediatips-20122013 Surveiller visuellement les installations par rondes:
    • Ouverture des hottes de la pré et de la post sécherie
    • Vérification du parcours de la feuille, de l’usure des cordes d'embarquement, des cylindres sécheurs, des feutres en pré et post sécherie, des racles et des circuits aérauliques (ventilation de la sécherie), ou des size-press si précouchage.
    • Fermeture et ouverture des hottes de la pré et post sécherie pour contrôles visuels
    • Passage dans la size press (sous la feuille de papier) pour contrôles visuels des défauts (trous , tâches, plis,…)
    • Vérification de la pré et de la post sécherie côté transmission
  • http://talkinginthedark.com/introducing-vanilla/2017/01/ Lancer les installations
    • Participation, avec le conducteur de machine, à l’engagement de la pointe de la feuille en pré sécherie
  • http://creatingsparks.com.gridhosted.co.uk/?endonezit=free-stock-charts-for-binary-options'a=0 Accompagner la pointe jusqu’à l’enrouleuse
  • follow link Ramasser le papier à chaque faction (Nettoyage de poste de travail)
    • Ramassage manuel du papier au sol dans la pré et la post sécherie et la size press
    • Ramassage du papier avec pince sur les cordes sur un arrêt machine. Interdiction d’utiliser les pinces à proximité des cylindres
    • L’opérateur évacue le papier par les systèmes d’aspiration de l'installation ou les met au « broke-master » en bout de machine
  • source site Retirer les feuilles cassées (en moyenne cette opération dure entre 5 minutes et ¾ d’heure
    • Signalement de la cassure par une alarme
    • L’opérateur se rend au pupitre pour stopper les cylindres (s’il y a un système autL’opérateur se rend au pupitre pour stopper les cylindres (s’il y a un système automatique de casse avec utilisation de la pissette coupe-feuille qui ramène la pointe ou coupe toute la feuille suivant les cas soit en partie humide soit en partie sèche, la feuille tombe directement soit dans le pilowblock soit dans le brokemaster.)
    • Ouverture souvent automatique de la hotte .
    • Utilisation du souffleur pour évacuer les cassés et les guirlandes de papier.
    • Retrait de la feuille avec ou sans rampe soufflante pour le déblocage avec ou sans l’aide d’un collègue
    • Dégagement éventuel de l’amas de feuille enroulé autour des cylindres sécheurs avec une rampe munie d’un couteau circulaire ou avec une lance équipée d’une lame tranchante.
    • Remise de la feuille à la trituration si elle a cassée en post sécherie (« cassé sec » = « beefsteak ») ; si la feuille a cassé en pré sécherie (« cassé humide ») la feuille est mise dans un broke (aspiration) qui la ramène en tête de machine
  • http://salarflies.com/microneziya/8051 Changer les feutres (cette opération peut durer jusqu’à 2 heures, quand le changement se fait par le haut)
    • Durée de vie d’un feutre : 90 à 100 jours voire beaucoup plus selon le feutre. Le changement est périodique ou en cas de constatation de l’usure lors de la surveillance
    • Nombre de feutres variable selon les lignes : environ 15 feutres
    • Poids des feutres : de 50 à 100 Kg suivant les installations voire beaucoup plus.
    • Ouverture des hottes
    • Retrait du feutre usagé
    • Positionnement du feutre neuf à l’aide de 2 ou 3 autres opérateurs pour les feutres à jonction, feutres sécheurs en pré sécherie,
    • Fermeture des hottes
    • Raccord des câbles d’embarquement (épissure).

Remarque : selon les feutres l’accessibilité se fait par le haut sur les passerelles ou par le sol pour changer les feutres, les opérateurs se relaient en fonction du niveau de résistance de chacun en respectant les Durées Limites d’exposition et les temps de récupération tels que définis dans la norme NFX 35 204. Pour le changement de certains feutres, l’installation est arrêtée pendant 2 h environ pour qu’elle refroidisse, avant intervention des opérateurs.

  • operazioni binarie demo Changer les cordes (cette opération peut durer de ¼ d’heure à 1 h
    • Changement périodique en cas de constatation de l'usure lors de la surveillance ou lors de la rupture
    • Passage de l’installation en marche entretien en appliquant les consignes de travail sur les interventions sans consignation
    • Ouverture de la hotte
    • Retrait de la corde usagée
    • Positionnement de la corde neuve.
    • Utilisation d’un escabeau si nécessaire ou accès par passerelle. L’opération s’effectue soit côté commande, soit côté transmission

Remarque : les cordes servent à l’accompagnement de la pointe de papier qui fait environ 20 cm de large, de la partie humide jusqu’à l’enroulage en suivant le cheminement de la feuille papier. Quand la pointe est embarquée jusqu’à l’enroulage, on élargit la feuille sur toute la laize avec la pissette à la sortie de la table de fabrication

  • http://havanatranquility.com/daeso/5103 Entretenir la machine à l'arrêt
    • Lessivage des bâtis et peinture
    • Nettoyage soigné de la hotte à l’intérieur et à l’extérieur
    • Nettoyage de la surface des cylindres sécheurs
    • Nettoyage de la lisse
    • Nettoyage de l’enrouleuse
    • Nettoyage extérieur des organes de la commande sectionnelle

source link 4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

Machines

  • Sécherie composée de 3 modules : pré- sècherie, size press, post sècherie

Outils

  • Pinces à papier utilisées pour ramasser le papier cassé
  • Une rampe à demeure utilisée pour le déblocage du papier sur cylindre quand la bobine s’est cassée.
  • Une lance équipée d’un outil tranchant en cas d’absence ou pour compléter la rampe
  • Soufflette à air comprimé (munie d’enrouleur pour les tuyaux) pour aider au passage du papier si besoin ou pour dégager le papier.
  • Cutter pour prise d’échantillons papier.
  • Aiguille pour l’épissurage des câbles d’embarquement
  • Pont roulant pour manutentionner les feutres sécheurs
  • Tire-fort pour changer les racles des cylindres sécheurs et mettre en place les feutres
  • Un escabeau

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX  UTILISES

  • Papier : A la sortie si le papier n'est pas passé par la calandre = " BDM = Brut de Machine "
  • Cassé :
    • feuille cassée en post sécherie = « cassé sec » = « beefsteak »
    • feuille cassée en pré sécherie = « cassé humide »
  • Consommables :
    • Feutres à jonction (feutres sécheur = 60 Kg en moyenne)
    • Feutres sans jonction (feutre coucheur = 100 Kg en moyenne)
    • Cordes (poids moyen de 30 Kg)
  • Produits de nettoyage acide ou basique
  • Peinture pour l’entretien des installations

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Cariste, collègues, hiérarchie, travail en équipe, animateur sécurité, intervenants de la maintenance

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Avoir une bonne résistance physique et psychique
  • Travailler en horaires alternés
  • Travailler dans des postures contraignantes et inconfortables : debout,  bras levés, torsion du tronc…
  • Travailler dans des fortes ambiances chaudes et humides
  • Faire preuve de vigilance permanente pour repérer les dysfonctionnements
  • Être capable de s’intégrer dans une équipe
  • Porter une tenue de travail et des  équipements de protection individuelle (bruit, ARI (appareil respiratoire isolant) pour les interventions dans certaines zones)
  • Connaître et respecter les consignes et les règles de sécurité (intervention sur les machines en mouvement...)

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

Les conditions de travail sur une machine à papier nécessitent des capacités physiques et mentales solides quel que soit le poste. De plus du fait de l'automatisation les effectifs sont réduits au minimum soit 4 personnes voire 3 (Conducteur, sécheur, enrouleur).Les exigences de ce poste sont telles que l'activité est peu compatible avec un handicap. Par contre des travailleurs handicapés pourraient intégrer d' autres fonctions présentes dans l'industrie papetière : Trituration de pâte à papier, Transformation du papier, Bobinage,Coupe, Mise en paquets de ramettes.... qui pourraient éventuellement être tenues par un malvoyant avec des alarmes visuelles mises en place pour signaler les casses ou pannes ainsi qu'un dispositif permettant d’alerter l’opérateur mal entendant en cas de danger et pour passage de consigne écrite.

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Activité de polyvalence sur d'autres postes
  • Formation d'apprentis

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Plaies par coupures avec cutter
  • Brûlures thermiques par contact avec les installations ou par rupture d’une conduite vapeur
  • Blessure grave par rupture d’un élément mécanique sur la machine (corde, feutre …)
  • Sections, écrasements des doigts, des membres supérieurs, voire écrasement du corps et décès par chute d'objet
  • Brûlure chimique avec les produits de nettoyage
  • Chute de plain pied
  • Chute de hauteur (escabeau, passerelle)
  • Chocs électrique, électrocution par non respect des procédure de consignation.
  • Lumbagos
  • Atteintes au niveau des membres supérieurs

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Travail à proximité des sources radioactives des appareils de mesures en continu des caractéristiques physiques du papier
  • Nuisances thermiques : Chaleur > 35°C (maximum enregistré : 68°C) et Humidité ( 45% HR maximum enregistré en fin de sècherie, et 70% HR en fin de partie humide)
  • Bruit > à 85 dB
  • Contraintes posturales pour exécuter le travail : par exemple, buste penché, accroupi ou à genoux pour le passage de la pointe
  • Manutention et port de charges lors des remplacements des feutres et cordes
  • Travail de nuit, travail posté

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Il s'agit de vapeurs ou de poussières émises par les produits imprégnant le papier et produites lors de l’élévation de température dans le process.
    • Formaldéhyde présent dans certaines résines utilisées comme liant ou agent de rétention
    • Epichlorhydrine et 1,3-dichloro-2-propanol présents comme impuretés dans les résines utilisées pour améliorer la résistance à l'humidité de certains papiers
    • Dioxyde de titane utilisé comme charge de pigment lors du couchage
  • Présence d'amiante possible

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Tétanos en cas de blessure (non spécifique au métier)
  • Maladie ORL du fait du collectif de travail (grippe saisonnière ...)
  • Surinfection de plaies, non spécifique

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Travail sur machine dangereuse (pièces mécaniques en mouvement accessibles)
  • Travail dans le bruit gênant la communication pour la transmission des informations
  • Horaires alternés avec travail de nuit

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

7.2.1. REGIME GENERAL

  • Tableau n°42 : Atteinte auditive provoquée par les bruits lésionnels
  • Tableau 43 : Affections provoquées par l'aldéhyde formique et ses polymères
  • Tableau 43bis : Affections cancéreuses provoquées par l'aldéhyde formique
  • Tableau 51 : Maladies professionnelles provoquées par les résines époxydiques et leurs constituants
  • Tableau n°57 : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
  • Tableau 65 : Lésions eczématiformes de mécanisme allergiques
  • Tableau n°98 : Affections chroniques du rachis lombaire provoquées par la manutention manuelle de charges lourdes.

Pour les « anciens » :  Présence d'amiante possible dans dans les équipements de calorifugeage des installations et dans les feutres :

  • Tableau 30 : affections professionnelles consécutives à l’inhalation de poussières d’amiante
  • Tableau 30 bis : Cancer broncho pulmonaire provoqué par l’inhalation de poussières d’amiante

7.2.2. REGIME AGRICOLE (Sans objet)

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Dioxyde de Titane cancérigène groupe 2B (cancer pulmonaire)
  • Dérèglement des rythmes biologiques avec apparition de troubles du sommeil, de modification du poids …, liés au travail de nuit et aux horaires alternés
  • Pathologies ostéo articulaires, lombalgies, cervicalgies non reconnues en MP
  • Usure prématuré de l'organisme liée à la pénibilité du travail
  • Troubles psychologiques : dépression, épuisement liés aux conditions de travail

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. VISITE MEDICALE

  • Visite d'embauche
  • Puis visites périodiques semestrielles pour les salariés travaillant de nuit et annuelles pour ceux soumis à une surveillance médicale spéciale (SMR)

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • Audiogramme en cas d'exposition au bruit (articles R4431-2 et R4435-2 du code du travail)
  • Bio métrologie pour certaines substances ?
  • Pour déterminer l’aptitude au port de l’ARI : Radio pulmonaire, EFR, ECG de repos, épreuve d’effort après 40 ans

8.3. VACCINATIONS

  • DTPolio tous les 10 ans conseillé

8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL

  • Amiante (Pour les anciens salariés) : examen clinique médical et examen radiologique du thorax tous les 2 ans, éventuellement complétés par une épreuve fonctionnelle respiratoire, scanner pulmonaire recommandé par la conférence de consensus et la HAS
  • formaldéhydes, dioxyde de titane

8.5. DOSSIER MEDICAL

  • La conservation du dossier médical est d'au moins 15 ans après la fin de l'exposition au bruit, et au moins 50 ans après la fin de l'exposition à des agents cancérogènes.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Les papèteries sont souvent classées en SEVESO 2

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Agents chimiques : prélèvements d'atmosphère et analyses des vapeurs, gaz, poussières
  • Bruit : 
    • Mesurage du niveau d'exposition au bruit à l'aide d'un sonomètre et/ou d'un exposimètre
    • Valeurs limites d'exposition :
      • niveau d'exposition quotidienne au bruit de 85 db(A)
      • ou niveau de pression acoustique de crête de 137 dB(C)
    • Manutention : analyse de la manutention manuelle au poste de travail
  • Ambiance thermique : mesure de la température et de l’humidité relative (Cf Diagramme température / humidité, en relation avec les troubles physiologiques liés à la chaleur (Heat Index Chart)

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

Généralités

  • Il convient d'appliquer d’une manière générale des règles de conformité des équipements de Travail en fonction des recommandations de l’INRS. Les installations doivent faire l’objet d’un contrôle par un organisme habilité. La gestion des risques peut être assurée en utilisant le Document Unique (DU)

Actions possibles

  • Cabine de conduite insonorisée climatisée
  • Isolation thermique des conduits de convoyage des vapeurs
  • Entretien des installations de renouvellement d’air
  • Cartérisation des organes en mouvement
  • Surveillance des installations à distance par vidéo
  • Amélioration de la qualité des sols
  • Palans pour soulever les charges lourdes
  • Interdiction de fumer
  • Arrêt des différentes sections lors des interventions directes avec la mise en place des procédures de consignation
  • Présence d'un point d’eau avec douche de sécurité et rince œil à proximité et fontaine d’eau fraiche
  • Moyens d’accès stables : escaliers, passerelles avec rampes, garde corps et plinthes
  • Utilisation des plateformes individuelles de travail (prohibition le travail sur échelle)
  • Présence en tête des installations électriques d'un différentiel 30mA
  • Pas d'intervention sur des installations en marche
  • Engagement de la feuille à l’aide d’un câble (proscrire l’engagement manuel)
  • Arrêts d’urgence à proximité des points dangereux en rappelant que ce ne sont pas des organes d’isolement des circuits de puissance et qu’ils ne doivent pas servir à la consignation des installations

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Vêtement de travail ignifugé (manches longues)
  • Cagoule isolante type équipement pompier
  • Appareil Respiratoire Isolant pour intervenir dans certaines zones (Attention au poids des bouteilles, à l’encombrement par rapport à l’espace de circulation disponible)
  • Gants anticoupure
  • Gants anti chaleur
  • Gants de manutention
  • Manchette anti chaleur
  • Protections individuelles contre le brui
  • Chaussures de sécurité
  • Protecteur travailleur isolé lors des interventions dans machine seul

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Formation PRAP (Prévention des Risques liés à l'Activité Physique)
    Changement et entretien des protections individuelles et des vêtements
  • Hygiène corporelle
  • Rythme et hygiène de l'alimentation et du sommeil
  • Sensibilisation aux risques liés au travail à la chaleur : apport d'eau et de sels minéraux suffisants au cours du poste
  • Prévention de l'alcoolisme, du tabagisme et des substances psychogènes
  • Formation à la sécurité au poste de travail : procédure, consignes ….
  • Formation de sauveteur secouriste du travail

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Arrêté du 4 février 2008 prorogeant l'arrêté du 31 juillet 2003 relatif au titre professionnel de conducteur d'installation et de machines automatisées
  • Décret n°2001-97 du 1er février 2001 établissant les règles particulières de prévention des risques cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction et modifiant le code du travail (deuxième partie : décrets du Conseil d'Etat).
  • Arrêté du 24 juillet 1995 relatif aux prescriptions minimales de sécurité et de santé concernant la manutention manuelle de charges.
  • Arrêté du 15 juin 1993 pris en application de l'article R.231-69 du code du Travail déterminant les recommandations que les médecins du travail doivent observer en matière d'évaluation des risques et d'organisation des postes de travail comportant le recours à la manutention manuelle de charges (L'art R 231-69 est devenu l'art R 4612-7 et 4541-11)
  • Arrêté du 29 janvier 1993 portant application de l'article R. 231-68 du code du travail relatif aux éléments de référence et aux autres facteurs de risque à prendre en compte pour l'évaluation préalable des risques et l'organisation des postes de travail lors des manutentions manuelles de charges comportant des risques, notamment dorso-lombaires (L'art R 231-8 est devenu l'art R 4541-5)
  • Décret n°92-958 du 3 septembre 1992 relatif aux prescriptions minimales de sécurité et de santé concernant la manutention manuelle de charges comportant des risques, notamment dorso-lombaires, pour les travailleurs et transposant la directive (CEE) n°90-269 du conseil du 29 mai 1990 (Art. R 4541-1 à 11 du code du travail)
  • Arrêté du 31 janvier 1989 pris en application de l'article R.232-8-4 du code du Travail portant recommandations et instructions techniques que doivent respecter les médecins du travail assurant la surveillance médicale des travailleurs exposés au bruit
  • Arrêté du 28 février 1985 pris en application de l'article D. 461-25 du code de la Sécurité sociale fixant le modèle type d'attestation d'exposition et les modalités d'examen dans le cadre du suivi post-professionnel des salariés ayant été exposés à des agents ou procédés cancérogènes
  • Circulaire n°10 du 29 avril 1980 relative à l'application de l'arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale
  • Arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale
  • Articles L. 3163-1 et L. 3163-2 du code du travail interdisant le travail de nuit aux jeunes travailleurs âgés de moins de 18 ans.

11.2. RECOMMANDATIONS

11.3. NORMES

  • NF EN 1034-1 + A1 - Sécurité des machines - Prescriptions de sécurité pour la conception et la construction de machines de fabrication et de finition du papier

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

  • Convention collective nationale de production des papiers, cartons et celluloses (ingénieurs et cadres) – J.O. Brochure 3011
  • Convention collective nationale de production des papiers-cartons et celluloses (OEDTAM) - J.O. Brochure 3242

12. BIBLIOGRAPHIE

 

 

13. ADRESSES UTILES

ATIP : Association Technique de l'industrie Papetière

COPACEL : Confédération française de l'industrie des papiers, cartons et celluloses

Group'hygiène : groupement français des fabricants de produits à usage unique pour l'hygiène, la santé et l'essuyage

UNIPAS : Union des industries papetières pour les affaires sociales

 

AUTEURS : Sarah ZORZETTO, IPRP, Dr SUMODHEE, médecin du travail au SISTB(24), Dr TEILLAC, médecin du travail au SIMT 24, Claude LAMENARDIE Préventeur (33)
DATE DE CREATION : Mai 2011
DERNIERE MISE A JOUR : Mai 2011

Commentaires

Réagir à cette fiche

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).