Fiches de métiers

Archéologue

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°326

ROME : K2402 CITP-08 : 2632 INSEE : 342e -342f - 342g - 342h - 351a

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Technicien de fouilles, archéologue, chercheur en sciences humaines.

2. DEFINITION

  • Le travail archéologique consiste à fouiller (creuser) le terrain afin de dégager des structures archéologiques. Son but est de repérer et d’analyser les traces d’occupations humaines anciennes, afin de les dater et d’en comprendre l’organisation.
  • Les archéologues peuvent travailler dans le secteur privé (fondations …) ou dans le secteur public.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • L'activité est exercée le plus souvent par des personnes hautement qualifiées de niveau II ou I :
    • Licence Sciences Humaines et Sociales – mention Histoire / Archéologie
    • Master Sciences Humaines et Sociales – mention Histoire / Archéologie
    • Doctorat

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • Les opérations archéologiques s’exercent la plupart du temps à l’extérieur, en toute saison. Elles peuvent se dérouler dans un contexte urbain, péri-urbain ou rural.
  • Selon le de compétence professionnelle et le niveau de responsabilité dans le chantier une partie du travail peut être consacrée à des tâches administratives à la structure de rattachement : institut de recherche public ou privé, enseignement supérieur, musée d'histoire naturelle, associations.

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

  • Le travail archéologique consiste à fouiller (creuser) au moyen de divers outils dans des terrains variables : sables, argiles, terre végétale, gravats…
  • Le nettoyage des terrains ou structures consiste à racler la terre les recouvrant.
  • Les terres sont ensuite évacuées.
  • Le travail comprend également l’enregistrement des éléments découverts par prise de note et dessin.
  • Le mobilier archéologique destiné à l’étude est transporté par caisses au point de dépôts.
  • Par ailleurs l'archéologue peut :
    • Encadrer des équipes
    • Concevoir et conduire des projets de recherche
    • Rechercher des financements

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Sur le terrain :
    • Bêche, houe, pioche, piochon, pelle, truelle
    • Seaux, brouettes
    • Truelle, binette
    • Papier millimétré
    • Matériel de relevé : mètre ruban, théodolite, appareil photo
    • Parfois engins de chantier
  • Travail de recherche :
    • Base de données
    • Microscopes
    • Appareil de datation au carbone 14
    • Thermoluminescence-mètre
    • Dendrochronologimètre...
  • Travail administratif : matériel de bureautique et de communication

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Terre, sable, argile, débris divers

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Pouvoirs publics (commune, départent, région, état)
  • Membres de l'équipe
  • Société civile (exploitant des terrains, constructeurs...)
  • Contact avec le public selon les chantiers

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Bonne résistance physique
  • Intégrité ostéo-articulaires
  • Sens de l'organisation
  • Minutie
  • Patience

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi pourrait être accessible à des travailleurs présentant des difficultés d'audition et/ou d'élocution.

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Travail de post-fouille : traitement du mobilier : Cette activité comprend le lavage (nettoyage à l’eau avec une brosse de chaque objet ou fragment d’objet), le recollage et le dessin des objets découverts. Cette activité occasionne la manutention de caisses de mobilier (poids jusque 25 kg).
  • Travail de communication :
    • Assurer des visites, des conférences
    • Participer à des expositions
    • Publier des travaux

6. DANGERS

7.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Ils sont surtout liés aux travaux de fouilles :
    • Chutes de plain-pied et entorses lors des déplacements sur le terrain
    • Lumbagos et troubles articulaires dus à l’utilisation des outils (pelle, pioche, rasette)
    • Chocs avec le godet de la pelle mécanique
    • Enfouissement partiel ou total (effondrements de parois)
    • Accidents liés à l’explosion d’engins de guerre

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Pour les opérations archéologiques qui se déroulent en plein air, les archéologues et techniciens de fouille sont soumis aux conditions climatiques : pluie, froid, vent, orages, soleil, chaleur.
    Les contraintes posturales importantes et l’utilisation de matériel tel pioches ou pelles exposent les techniciens à des pathologies mécaniques type TMS.
    Les archéologues et techniciens sont également confrontés au bruit, lors des phases de décapage de l’emprise (intervention d’engins de terrassement : pelle mécanique, bull, trax, tracto-benne…)
    Enfin, les dégagements de structures archéologiques rendent le sol inégal.
  • Pour les activités administratives les archéologues sont exposés aux contraintes du travail sur écran

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Les archéologues et techniciens n’utilisent pas de produits chimiques lors des opérations. Par contre, ils sont exposés aux produits chimiques contenus dans le sol, suite à des pollutions.
  • Les opérations en milieu rural peuvent être source d’exposition aux produits phytosanitaires lors des épandages réalisés par les exploitants des parcelles jouxtant l’emprise de la fouille

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Certaines interventions particulières peuvent générer une exposition importante à des agents pathogènes : fouilles en milieux souillés (anciens squats, stations d’épuration), fouilles de sépultures, fouilles de latrines.
  • Pathologies liés au contact avec la terre et/ou les eaux usées : tétanos, poliomyélite, typhoïde, hépatite A, peste
  • Pathologies liées au contact avec des animaux (zoonoses) : charbon, leptospirose, tularémie, maladie de Lyme, ornithose psittacose, brucellose
  • Pathologies liées au contact avec le sang (seringues) : hépatite B, hépatite C, VIH.

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Déplacements jusqu’au chantier de fouille (grands déplacements : éloignement familial)
  • Charge mentale génératrice de stress d'autant plus élevé pour les cadres du fait de leur responsabilité dans la sécurité des personnels, de leur implication scientifique et de leur obligation à respecter des délais de plus en plus contraignants.

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
  • Tableau n°79 RG : Lésions chroniques du ménisque

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • Toues les pathologies consécutives au stress

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. VISITE MEDICALE

  • Dans le secteur public :
    • Visite médicale d'accès à l'emploi réalisée par un médecin assermenté
    • Puis visite médicale d'embauche et visites médicales périodiques réalisées par le service de prévention lorsqu'il existe
  • Dans le secteur privé : visite médicale d'embauche puis bi-annuelle par le service de santé au travail
  • Examen clinique standard avec contrôle de la vision et de l'intégrité ostéo-articulaire

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • Audiométrie éventuellement

8.3. VACCINATIONS

  • DTPolio tous les 10 ans conseillé
  • Typhoïde, hépatite B, leptospirose éventuellement

8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL

  • En principe non, sauf exposition à des risques très particuliers (terrains contaminés par des radiations, des produits toxiques...)

8.5. DOSSIER MEDICAL

  • Pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel.
  • Toutefois en cas de contacts répétés avec des cancérogènes, la durée de conservation du dossier médical sera de 50 ans.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Bruit
  • Exhumation de produits dangereux (matériel de guerre, produits toxiques...)
  • Gêne à la circulation du fait du balisage du chantier,
  • Retard dans les projets d'aménagement des lieux

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Température, hygrométrie, empoussièrement en cas de travail en milieu confiné

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Balisage
  • Garde-corps
  • Escaliers ou rampes d’accès
  • Cheminements en caillebotis
  • Blindage ou aménagement des terrassements (talus, paliers)

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Casque et vêtements haute visibilité (phases de décapage)
  • Gants
  • Vêtements de protections (manches longues)
  • Sous-vêtements polaires
  • Vêtements de pluie
  • Casquette saharienne / chapeau
  • Chaussures de sécurité (brodequins) ou bottes de sécurité
  • Lunettes
  • Masque anti-poussières
  • Combinaison jetable + masque à cartouches (intervention sur site pollué)
  • Bouchons ou casque anti-bruit

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Formation générale à la sécurité
  • Formation « PRAP »
  • Formation SST
  • Formation à la conduite d’engins (mini-pelle)

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

11.2. RECOMMANDATIONS

  • R222 Déménagement ou livraison de meubles et colis similaires lourds ou encombrants
  • R255 Protection du personnel travaillant dans les tranchées étroites
  • R259 Etablissement d'un plan de circulation sur les lieux de travail
  • R328 Travail sous microscopes binoculaires
  • R367 Risques dus aux moyens de manutention à poussée et/ou à traction manuelle
  • R372m Utilisation des engins de chantier

11.3. NORMES

  • Voir les normes en vigueur pour le travail sur écran

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

  • Selon l'entreprise en cas de contrat de droit privé

12. BIBLIOGRAPHIE

  • ROME Les fiches métiers. K2402 Recherche en sciences de l'univers, de la matière et du vivant. (Pôle emploi) (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : 2632 Sociologues, anthropologues et assimilés. (O.I.T.) (2008)
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 342e Chercheurs de la recherche publique - 342f Directeurs et chargés de recherche de la recherche publique - 342g Ingénieurs d'étude et de recherche de la recherche publique - 342h Allocataires de la recherche publique - 351a Bibliothécaires, archivistes, conservateurs et autres cadres du patrimoine (Fonction publique). (INSEE) (2003)

13. ADRESSES UTILES

  • Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP)

AUTEURS : Gaëlle Ozenfant (conseillère Sécurité Prévention) (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives Nord-Picardie), Olivier Boyer (enseignant-chercheur) (67)
DATE DE CREATION : Octobre 2010
DERNIERE MISE A JOUR : Octobre 2010

Commentaires

Réagir à cette fiche