Fiches de métiers

Animateur sécurité

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°315

ROME : H1303 CITP-08 : 5419 INSEE : 477d

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Technicien sécurité, technicien hygiène et sécurité, responsable sécurité, correspondant sécurité, coordinateur santé & securité, animateur prévention, préventeur.

2. DEFINITION

  • L'animateur Sécurité a pour rôle de déployer la politique sécurité d'une entreprise quelque soit sa taille ou son secteur d'activité. L'animateur vise des objectifs de :
    • sécurité et santé physique et mentale des collaborateurs,
    • maîtrise des impacts de l'activité de l'entreprise sur l'environnement,
    • conformité aux exigences internes ou externes et règlementaire
  • Pour les atteindre, l'animateur Sécurité dispose de ressources attribuées par l'entreprise (très variable d'une société à l'autre) et d'outils et méthodologies faisant parti de ses compétences. Un savoir-être développé est absolument nécessaire pour être performant du fait de la transversalité du métier et de la fonction.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • Le poste d'animateur sécurité peut être assuré par promotion de techniciens de chantier (ou techniciens supérieurs) spécialement formés et ayant au préalable une bonne connaissance de leur entreprise (activité, enjeux, risques)  Le plus souvent des formations ou des diplômes de niveau bac +2 ou bac + 3 sont requis dans les domaines de la prévention ou du secteur technique correspondant à l'entreprise :
    • DUT Hygiène Sécurité & Environnement
    • Licence professionnelle (bac+3) spécialisée dans les domaines de l’hygiène, de la sécurité & de l’environnement
    • Diplômes d’Université en gestion de la production & de la qualité
    • Titre certifié Niveau III d’animateur sécurité & environnement

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • Une partie de l'activité est administrative : enregistrements de rapports, compte-rendu de visites, tenu des résultats sécurité, etc...
  • Une partie non-négligeable se réalise sur le terrain, au contact des opérateurs et de leur encadrement de proximité : dans les bureaux, dans les ateliers, ou sur les chantiers.

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

  • Conception :
    • En  collaboration avec son responsable hiérarchique, l'animateur sécurité élabore chaque année le plan d'action prévention de l’entreprise dans le but de prévenir les accidents et les maladies professionnelles du travail dans le cadre de la mise à jour du document unique.
    • A ce titre, il définit les grandes lignes de la politique de formation à mener, en matière de prévention.
    • Il anime et/ou organise des stages de formation (ex : préparation aux habilitations électriques, SST, gestes et postures, accueil nouveaux arrivants, ...) dans le cadre de la politique de formation de l’entreprise.
  • Tâches techniques et de conseil :
    • Il prépare sur le plan administratif les documents titre d’habilitation (habilitations électriques, autorisations pour la conduite d'engins : nacelles, chariots automoteurs…) pour les personnels intérimaires  ainsi que les cartes professionnelles (récapitulatif des formations reçues et visite médicale) pour le personnel de l'entreprise afin que le directeur d’agence les signe.
    • Il établit toutes les habilitations, notamment les habilitations électriques et les autorisations pour la conduite d'engins (nacelles, chariots…) délivrées par le responsable opérationnel.
    • Il peut proposer des mesures nécessaires en matière de sécurité des locaux, des accès (Réglementation incendie).
    • Il s'assure que les contrôles réglementaires (installations électriques, matériel d’incendie, etc...) sont effectués dans le cadre des visites périodiques.
    • Il effectue des visites de chantier, établit les rapports en conséquence et émet des recommandations et des conseils.
    • Il prend les décisions d'urgence en matière de prévention sécurité.
    • Il veille à recueillir toutes les informations sur les accidents du travail, afin de gérer au mieux les dossiers.
    • Selon la gravité de l'accident, il pilote une enquête afin d'en déterminer les causes et définir ensuite des moyens de prévention ou de correction
    • Il assiste le président du CHSCT.
    • Il conseille et assiste les opérationnels dans la mise en œuvre des actions de prévention et dans leurs éventuelles démarches auprès des organismes extérieurs, tels que l'inspection du Travail, la CRAM...
    • Il  veille à ce que la prévention hygiène, santé et sécurité soit prise en compte dans la démarche d’amélioration continue dans laquelle son entreprise s’est engagée, et met à profit sa position privilégiée pour jouer un rôle moteur dans celle-ci (remontée d'informations, développement de procédures communes avec le service en charge de la qualité & de l’environnement)
    • Il  assiste les chargés d'affaires dans la rédaction des PPSPS (plans particuliers de sécurité et de protection de la santé) & Plans de prévention.
    • Il participe à l'organisation du chantier et doit contribuer à la définition des solutions techniques adaptées sur demande des opérationnels.
    • Il informe les opérationnels sur les évolutions de la législation santé & sécurité au travail.
    • Il participe à la décision d'achat lors du choix de matériel d'équipements, de protection individuelle et tout type de produit pouvant avoir un incident sur la santé ou la prévention.
  • Communication :
    • Il assure la communication sur la prévention (résultats AT/MP, échanges d'expérience,...), pour sensibiliser l'ensemble du personnel de manière permanente à la prévention.
    • Il représente l’entreprise auprès des organismes extérieurs (CRAM, Médecine du travail, Inspection du travail,...), des clients et des maîtres d'œuvre. Il valorise, auprès des clients, la politique de prévention de l’entreprise.
  • Reporting :
    • Il établit à chaque fin d'année un bilan des actions de formation menées, liées à l’hygiène, la santé et la sécurité et des résultats sur la sécurité
    • Il vérifie la conformité des comptes employeurs de la CRAM, en relation avec le responsable administratif du personnel.
    • Il établit les tableaux de bord permettant de suivre l'évolution des indicateurs en matière de prévention et le suivi des habilitations

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Pour l'activité en entreprise : mètre, boussole, thermomètre, hygromètre, sonomètre, luxmètre, luminance-mètre, Draëger, fumigène, ordinateur portable, appareil photo numérique, caméra vidéo, retroprojecteur
  • Pour l'activité bureautique : ordinateur, divers logiciels, scanner, internet, téléphone, fax, photocopieur

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Réactifs pour les prélèvements d'atmosphère

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Les services de santé et sécurité au travail
  • Les employeurs et les salariés des entreprises
  • Les organismes de prévention : CRAM, INRS, OPPBTP, ANACT, SERCE,...

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Savoir s’organiser
  • Avoir un esprit d’analyse et de synthèse
  • Avoir un bon contact avec des publics variés
  • Savoir faire preuve de diplomatie
  • Etre capable de développer un argumentaire adapté pour convaincre ses interlocuteurs
  • Savoir travailler en équipe
  • Etre exemplaire en matière de sécurité (port des EPI, respect des consignes de sécurité…)

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations : certaines maladies chroniques et cancers, de petits troubles moteurs, des troubles ostéoarticulaires légers.
  • Emploi peu compatible avec la cécité, la surdimutité.

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Participer à des études épidémiologiques, rédaction d'articles ayant trait à la santé et à la sécurité au travail.
  • Selon la formation individuelle des techniciens, certains domaines de compétences peuvent leur permettre de traiter des dossiers spécifiques comme le conseil au transport des matières dangereuses, la sécurité des ERP, le risque incendie, l'environnement...
  • S'occuper de la qualité

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Accidents de la route lors des déplacements en entreprise
  • Accidents de mission liés aux différents risques des entreprises où il exerce ses activités

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Travail sur écran
  • Bruit dans certaines entreprises
  • Manutention du matériel utilisé pour les interventions en entreprises

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • Selon les entreprises visitées

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • Risques infectieux potentiels en cas d'intervention en milieu exposant à des agents biologiques

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Agression verbale des employeurs à l'occasion des propositions d'aménagement des conditions de travail
  • Agression verbale des employés à l’occasion des changements / de désaccord
  • Mépris des conseils de prévention aussi bien du côté des salariés que des employeurs
  • Travail possible tôt le matin ou tard le soir pour tenir compte des horaires des salariés dont les postes sont étudiés
  • Nécessité de travailler dans l'urgence quand une intervention rapide est demandée
  • Multiplicité des tâches

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
  • Tableau n°42 RG : atteinte auditive provoquée par les bruits lésionnels

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

8. SUIVI MEDICAL

8.1. ORGANISATION :

  • La visite médicale d’embauche est remplacée par une visite d’information et de prévention assurée par un professionnel de santé
    • Elle doit être effectuée dans les 3 mois qui suivent l’embauche
    • La visite d’information donne lieu à la délivrance d’une attestation de suivi remise au salarié et à l’employeur
  • La périodicité des visites d’information et de prévention ne doit pas excéder 5 ans

8.2. CONTENU

  • Clinique
    • Contrôle de la vue et de l'audition.
    • Surveillance dermatologique, ostéo-articulaire, cardio-pulmonaire
    • Tests de dépistage du stress
  • Examens complémentaires
    • Audiogramme en cas d'exposition au bruit (articles R4431-2 et R4435-2 du code du travail)
  • Vaccinations
    • Rappel DTPolio tous les vingt ans conseillé entre 25 et 65 ans
  • Suivi post professionnel
    • Selon les expositions particulières
  • Dossier médical
    • En cas d'exposition au bruit, conservation du dossier médical pendant au moins 15 ans après la fin de la période d'exposition.
    • En cas d'exposition aux agents chimiques dangereux, conservation du dossier médical pendant au moins 50 ans après la fin de la période d'exposition.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Pas à priori.

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS  D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Ergonomie de l'aménagement du bureau de travail : dimensions, implantation de l'écran...
  • Eclairage : mesurages effectués à l'aide d'un luxmètre, d'un luminancemètre...
  • Ambiance thermique : mesurages à l'aide d'un thermomètre, d'un thermohygromètre...

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Véhicule de service ou de fonction en bon état, régulièrement entretenu

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Port d'équipements de protection individuelle si nécessaire, selon les interventions

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • A l'évolution des techniques industrielles
  • Au suivi de la réglementation
  • Aux techniques de communication

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Européens et internationaux
    • DI 89/686/CE 21/12/1989 Directive concernant le rapprochement des législations des états membres relatives aux équipements de protection individuelle.
  • Français
    • Code du travail notamment toute la quatrième partie consacrée à la santé et sécurité au travail et ses 7 livres
    • Arrêté du 21 décembre 2005 modifié fixant la liste des affections médicales incompatibles avec l'obtention ou le maintien du permis de conduire ou pouvant donner lieu à la délivrance de permis de conduire de durée de validité limitée. JO n°0301 du 29/12/2015 texte n° 54
    • Loi n°2202-73 du 17 janvier 2002 de modernisation sociale : certains articles concernent la médecine du travail (services de santé au travail, pluridisciplinarité)

11.2. RECOMMANDATIONS

  • R 291 Chutes de hauteur. Filets montés sur console
  • R 372m Utilisation des engins de chantier (voir CACES pour l'utilisation de nacelles)

11.3. NORMES

  • Equipements de protection individuelle (EPI)
    • NF EN ISO 20345 fevrier 2012. Spécification des chaussures de sécurité à usage professionnel
  • Electricité
    • NF C 15-100 est le référentiel qui permet d'assurer la sécurité, le bon fonctionnement des installations électriques basses tension et les besoins normaux des usagers
    • Norme C 18-510 regroupe un ensemble de prescriptions relatives à la sécurité concernant les manœuvres et actions sur ou à proximité des installations électriques.
  • Qualité, sécurité, environnement (QSE)
    • Normes ISO 9001 (services)
    • ISO 14001 (environnement)
    • ISO 45001
    • OHSAS 18001  (Occupational Health and Safety Assessment Series)
    • Référentiel MASE / UIC
    • ILO
    • Etc...

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

  • Convention collective de la branche d'activité de l'entreprise

12. BIBLIOGRAPHIE

  • ROME Les fiches métiers. H1303 Intervention technique en hygiène, sécurité, environnement - HSE industriel. (Pôle emploi) (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : 5419 Personnel des services de protection  et de sécurité, non classé ailleurs - 3257 Inspecteurs, salubrité de l'environnement et de la santé au travail. (O.I.T.) (2008)
  • Principales vérifications périodiques. ED 828 (INRS) (10/2011)
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 477d Techniciens de l'environnement et du contrôle des pollutions - 387f Ingénieurs et cadres techniques de l'environnement. (INSEE) (2003)
  • Manager la Sécurité : une volonté, une culture, des méthodes (Alain MARTINEZ-FORTUN aux éditions INSEP Consulting)
  • Publications de l’INRS

13. ADRESSES UTILES

REDACTION

  • AUTEURS : Maxime Lomme (animateur prévention sécurité) (SPIE) (59), Nicole Motsch (médecin du travail retraitée) (BF) (95), Pierrette Trilhe (médecin du travail retraitée) (BF) (37)
  • DATE DE CREATION : Août 2010
  • RELECTEURS : ESQESE (31) (2017) Etudiantes en Master 1B (Master management des entreprises QSE) : Lucile Cochet, Alizée Desproges Gotteron, Cindy Ubiedo
  • DDERNIERE MISE A JOUR : Juin 2017

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).