Fiches de métiers

Horodateur

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°138

ROME : E1202 - K1601 CITP-08 : 4413 INSEE : 627e

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Dérusheur.

2. DEFINITION

  • L'horodateur est chargé de visionner et de codifier en base de données la diffusion des programmes télévisés dans le respect des caractéristiques de qualité des données de production et des normes, règles et procédures en vigueur dans l'entreprise.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • L'emploi est accessible avec une formation dans le domaine du multimédia, de la radio, de la télévision.

4. ACTIVITE PRINCIPALE

  • Les horodateurs interviennent au sein d'une entreprise d'étude d'audience. Ils notent les heures, minutes et secondes de début des émissions, des séquences d'émissions ou de tout autre type de programme (bandes-annonces, publicités...) en visionnant les vidéos numérisées de la télévision avec un léger décalage par rapport au temps réel.
  • Ils travaillent avec une application particulière sur un ordinateur avec un écran permettant de voir :
    • dans la moitié supérieure de l'écran jusqu'à 3 chaînes de télévision en même temps
    • dans la partie inférieure de l'écran le thesaurus de la base de données
  • Ils disposent également d'informations prévisionnelles des programmes qu'ils doivent modifier en fonctions des données réelles qu'ils doivent recueillir.
  • A la fin des travaux de chaque équipe les données sont contrôlées par un superviseur puis transmises aux services concernés qui réalisent diverses études pour les clients en y associant pour chaque séquence identifiée les taux d'audience recueillis auprès de panélistes (environ 3500 foyer et 7000 individus). Ces informations doivent être à la disposition du marché à 9 heures le matin, sachant qu'une journée au sens " professionnel média " du terme s'étend de 3 heures à 27 heures (3 heures le lendemain).

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • Postes informatisés dans un bureau.

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

L'activité consiste à :

  • Visionner les enregistrements
  • Assurer la codification des programmes
  • Contrôler la réception TV sur les moniteurs
  • Rechercher et notifier les informations concernant les producteurs des nouvelles émissions (activité concernant les dérusheurs de nuit)
  • Garantir la qualité et la fiabilité des données horodatage
  • Respecter les caractéristiques de codification des programmes
  • Informer le superviseur des anomalies et difficultés rencontrées
  • Gérer et suivre les règles et procédures de production de données et d'organisation du travail
  • Respecter le planning des horaires et assurer les astreintes
  • Consulter de manière fréquente et régulière sa messagerie professionnelle et les bases lotus notes de l'entreprise

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Magnétoscope, ordinateur, téléviseur

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Bandes magnétiques, CDROM ,logiciels spécifiques, table et chaises de travail, lampe d'appoint, cahier de travail pour enregistrer les heures dérushées, cahier de présence pour le relevé du temps du travail

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Travail en petite équipe de 2 ou 3 personnes

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • Respecter strictement les protocoles
  • Pouvoir surveiller plusieurs écrans en même temps
  • Faire preuve d’une vigilance continue
  • Effectuer des actes répétitifs (codage...)
  • Travailler en horaires atypiques : soir, nuit, week-end

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations :  maladies chroniques et cancers, paralysie des membres inférieurs, surdi-mutité (à vérifier par la mise en situation)
  • Emploi incompatible avec la cécité et les troubles de la vision de près

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Travail complémentaire en cas d'activité à temps partiel (secteur du cinéma ou autre).

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Non spécifiques

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Contraintes visuelles du travail sur écran en permanence qui peut aggraver les troubles préexistants
  • Travail sur écran en permanence avec contraintes visuelles et posturales
  • Gestes répétitifs lors de la frappe sur le clavier

6.3. RISQUES CHIMIQUES

  • Pas à priori

6.4. RISQUES BIOLOGIQUES

  • Pas à priori

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Concentration et vigilance permanente en raison de la rapidité de défilement des images (25 images/seconde)
  • Stress possible en cas de panne ou d'incident pour tenir les horaires
  • 40 heures de travail (10 heures X 4) et 6 semaines de congés
  • Travail en équipe : 3 jours de travail, 3 jours de repos (4 jours de travail et 2 jours de congés pendant 6 semaines pour les remplacements de congés)
  • Travail de nuit : 3 nuits de travail, 3 nuits de repos (4 jours de travail et 2 jours de congés pendant 6 semaines pour les remplacements de congés)
  • Astreintes rémunérées (une personne doit être joignable pendant 2 heures chaque soir par roulement pour remplacer une éventuelle personne absente de manière imprévue)
  • Recourt possible à des stimulants de la vigilance en cas de travail de nuit

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES

  • Tableau n°57 RG : Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLES

  • Pathologies associées au stress

8. SURVEILLANCE MEDICALE

Le travail sur écran et le travail de nuit font l'objet d'une surveillance médicale renforcée.

8.1. VISITE MEDICALE

  • Visite d'embauche (préalable à l'affectation en cas de travail de nuit) avec examen approprié des yeux et de la vue à l'embauche et lors des examens périodiques : acuité visuelle, phories, vision stéréoscopique, vision des couleurs
  • Puis visite médicale annuelle (ou tous les six mois en cas de travail de nuit)
  • Examen standard en surveillant particulièrement la vue, l'audition, la statique et l'état veineux et pour les travailleurs de nuit la qualité du sommeil et de l'insertion sociale
  • Surveiller le recours au café, au tabac et autres stimulants

8.2. EXAMENS COMPLEMENTAIRES

  • Examen ophtalmologique par un spécialiste si nécessaire

8.3. VACCINATIONS

  • DTPolio tous les 10 ans

8.4. SUIVI POST PROFESSIONNEL

  • Néant

8.5. DOSSIER MEDICAL

  • Sauf risques particuliers, pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Pas à priori.

10. ACTIONS PREVENTIVES

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Ambiance thermique (température, hygrométrie) : mesurages à l'aide d'un thermomètre, d'un thermohygromètre...
  • Eclairage : mesurages effectués à l'aide d'un luxmètre, d'un luminancemètre...
  • Ergonomie de l'aménagement du bureau de travail : dimensions, implantation de l'écran...

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

  • Voir Travail sur écran
  • Organisation du travail permettant une suppléance en cas de défaillance du matériel ou l'absence d'une personne
  • Logiciels ergonomiques

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Correction des amétropies et des hétérophories

10.4. FORMATION - INFORMATION - SENSIBILISATION

  • Gymnastique de pause, relaxation
  • Hygiène de vie : respect de l'équilibre alimentaire, sommeil, lutte contre le tabagisme et les autres toxicomanies

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

  • Code du travail :
  • Travail sur écran :
    • Circulaire DRT 91-18 du 4 novembre 1991 relative à l'application du décret n°91-451 du 14 mai 1991 relatif à la prévention des risques liés au travail sur des équipements comportant des écrans de visualisation
    • Décret n°91-451 du 14 mai 1991 relatif à la prévention des risques liés au travail sur des équipements comportant des écrans de visualisation
    • Circulaire n°10 du 29 avril 1980 relative à l'application de l'arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale
    • Arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale. Travail d'opérateur sur terminal à écran.
  • Travail de nuit :
    • Circulaire DRT n°2002-09 du 5 mai 2002 relative au travail de nuit
    • Décret n°2002-792 du 3 mai 2002 pris pour l'application des articles L.213-2, L.213-3, L.213-4 et L.213-5 du code du travail : concerne le travail de nuit, y compris les modalités de la surveillance médicale spéciale.
    • Loi n°2001-397 du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.
    • Circulaire n°10 du 29 avril 1980 relative à l'application de l'arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale
    • Instruction technique RT n°2 du 8 août 1977 relative à la surveillance médicale des travailleurs postés
    • Arrêté du 11 juillet 1977 fixant la liste des travaux nécessitant une surveillance médicale spéciale (Travaux en équipes alternantes effectués de nuit en tout ou en partie)

11.2. RECOMMANDATIONS

Néant

11.3.  NORMES

NORMES (AFNOR)

  • NF EN ISO 13406-2. Mai 2002. Exigences ergonomiques pour travail sur écrans à panneau plat. Partie 2 : Exigences ergonomiques des écrans à panneau plat
  • NF EN ISO 9241-1. Mai 2001. Exigences ergonomiques pour le travail de bureau avec terminaux à écrans de visualisation (TEV). Partie 1 : Introduction générale
  • NF EN 1335. Juin 2000. Mobilier de bureau - Sièges de travail de bureau
  • NF EN 527-1. Mai 2000. Mobilier de bureau - Tables de travail de bureau
  • X 35-102. Décembre 1998. Conception ergonomique des espaces de travail en bureaux
  • NF EN ISO 9241-11. Juin 1998. Exigences ergonomiques pour le travail de bureau avec terminaux à écrans de visualisation (TEV). Partie 11 : lignes directrices concernant l'utilisabilité
  • NF EN ISO 9241-10. Septembre 1996. Exigences ergonomiques pour le travail de bureau avec terminaux à écrans de visualisation (TEV). Partie 10 : principes de dialogue
  • NF X 35-103. Octobre 1990. Ergonomie - Principes d'ergonomie visuelle applicables à l'éclairage des lieux de travail

11.4. CONVENTIONS COLLECTIVES

  • Pas de convention collective nationale.

12. BIBLIOGRAPHIE

  • ROME Les fiches métier. E1202 Production en laboratoire cinématographique - K1601 Gestion de l'information et de la documentation. (Pôle emploi) (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : 4413 Codeurs, correcteurs d'épreuves et assimilés. (O.I.T.) (2008)
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 627e Ouvriers de la photogravure et des laboratoires photographiques et cinématographiques. (INSEE) (2003)

AUTEURS : Pierre Costes (responsable de service) (Médiamétrie), Pierrette Trilhe (médecin du travail) (CMIE) (75)
DATE DE CREATION : Juillet 2004
DERNIERE MISE A JOUR : Janvier 2010

Commentaires

Réagir à cette fiche

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).