Fiches de métiers

Agent d'élevage avicole (viande)

FICHE METIER BOSSONS FUTE N°429

ROME : A1409

CITP-08 : 6122

PCS 2003 : 131e – 111e – 691b

1. INTITULES SYNONYMES OU APPARENTES

  • Eleveur de poulets, éleveur de volailles

2. DEFINITION

  • L’agent d’élevage avicole organise les conditions d’ambiance optimale à l’arrivée des poussins et veille à les maintenir tout au long de la période d’élevage jusqu’à la date d’abattage. Il pratique les méthodes d’alimentation adaptées.
  • Il procède à la désinfection et à l’entretien des locaux lors des vides sanitaires.
  • Il participe à l'enlèvement des animaux qui doivent être abattus.
  • Dans certains élevages équipés de tueries et qui pratiquent les circuits de distribution courts, il peut participer à l’abattage.

3. FORMATION - QUALIFICATION

  • Une formation de niveau V minimum CAPA ou BEPA dans le domaine de l'élevage est le plus souvent demandée. Une formation de niveau IV (BTA) ou III (BTSA) peu être exigée pour les grosses exploitations. Un diplôme de niveau IV peut être requis pour bénéficier des aides à l’installation.
  • Pour les agriculteurs à leur compte une formation en gestion d’entreprise est indispensable.
  • Au niveau international et/ou européen cette activité peut être exercée sans qualification particulière après une formation sur le tas et/ou une formation acquise dans un autre secteur agricole.

4. ACTIVITE PRINCIPALE

4.1. LIEUX D'ACTIVITE

  • L’activité doit respecter une législation et certaines mairies n'autorisent pas l'installation de poulailler. C'est souvent le cas dans les zones urbaines et dans certains lotissements
  • L’activité s’exerce donc le plus souvent en zone rurale dans des locaux adaptés à l’âge des animaux élevés
    • dans les poussinières pour les poussins de 1 jour à 6 semaines. La couveuse à poussins doit être à 35° la première semaine pour assurer le maintien de la température des poussins à 42° et elle dégressive jusqu’à 18° pour la 6ème Il y a environ 20 poussins par m².
    • dans des cabanes situées en hangar à une température de 20° ou en partie en plein air. Les poulets y resteront pendant 50 à 70 jours, jusqu'à ce qu’ils pèsent 3 kg et puissent être abattus et commercialisés. Il y a environ 8 poulets ou 11 pintades par m².
  • l’activité s’exerce aussi
    • dans des locaux techniques : pour la régulation de la température, le stockage des aliments, le stockage de la paille …
    • dans des locaux administratifs pour les contrôles et la gestion
    • Sur les route : livraison d’animaux, de matériel …
  • L’activité peut être exercée comme exploitant agricole ou comme salarié d’un exploitant agricole ou d’une coopérative.

4.2. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE

Les activités de l'agent d'élevage avicole sont nombreuses et variées au quotidien et au cours de l'année.  En effet l’activité est cyclique. De l’accueil du poussin d’un jour à l’abattage d’un poulet de 3 k il se passe environ 16 à 18 semaines. C’est pourquoi en milieu industriel il existe une planification qui permet d’étaler la commercialisation sur un mois : mise en place d'une bande de poulets toutes les 3 ou 4 semaines, soit 12 bandes par an, avec une durée d'élevage d'environ 4 mois pour chaque bande, suivi d’une période d’abattage de 1 mois.

Au cours d’un cycle l’agent d’exploitation agricole réalise les opérations suivantes :

  • Préparer les locaux
    • Avant l’arrivée de chaque nouveau lot de poussins, les bâtiments et tout le matériel d’élevage sont nettoyés et désinfectés
    • Les équipements de chauffage (lampes à infrarouges) qui assurent une température adaptée à l’âge des animaux sont installés. En effet, comme tous les animaux, les volailles ont particulièrement besoin de chaleur (30-35°) lorsqu'elles viennent de naître
    • Un éclairage d’une durée et d’une intensité appropriées est également assuré en permanence
    • Les bâtiments sont équipés de systèmes de ventilation qui permettent un renouvellement du volume d’air et un niveau d’humidité adapté
    • Les sols sont recouverts d’une litière de paille broyée ou de copeaux, maintenue sèche et confortable afin de préserver une atmosphère saine et une bonne hygiène.
  • Réceptionner les poussins
    • Contrôler leur état de santé,
    • Vérifier l’état vaccinal
    • Les installer dans des locaux adaptés : température, hygrométrie, ventilation, lumière
  • Alimenter les volailles
    • Déterminer l’alimentation à fournir en fonction des tables de référence
    • Participer à la réception au stockage et déstockage des aliments
    • Préparer les aliments
    • Assurer le traitement de l'eau, la distribution aux animaux
    • Apprendre aux poussins à se nourrir 2 fois par jour 
    • Veiller à la qualité des aliments et de l’eau, assurer la préparation et la distribution de l’alimentation manuelle et/ou automatique dans les mangeoires et les abreuvoirs 2 fois par jour et veiller à leur propreté 
  • Maintenir la litière propre pour lui conserver son rôle d’isolant contre le froid et d’absorption des fientes en le renouvelant régulièrement
    • Déplacer les animaux
    • Enlever la paille souillée
    • Nettoyer le sol
    • Dégerber la paille stockée
      • la transporter
      • l'épandre sur le sol
    • Remettre les animaux en place
  • Veiller au bien être animal
    • Surveiller les conditions d’ambiance dans les bâtiments et notamment Contrôler de la température selon les procédures et en fonction de l’âge de la volaille
    • Assurer les vaccinations suivant un calendrier
    • Déplacer les volailles dès que leur emplumement le permet (au bout de 40 jours en moyenne) dans des dans des bâtiments aux conditions d’hygiène contrôlées, où elles disposent de l’espace nécessaire pour circuler librement.
  • Assurer le ramassage la mise en caisse et l’expédition des animaux
  • En fin de cycle assurer le nettoyage complet et la désinfection des locaux avec
    • curage,
    • nettoyage,
    • désinfection
    • paillage
    • ré-installation des équipements
  • Procéder aux tâches administratives
    • réaliser et tenir à jour les activités d'autocontrôles
    • tenir à jour les registres de traçabilité : registre d'identification, registre d'élevage
  • Tenir le matériel propre et bien entretenu

4.3. MACHINES ET OUTILS UTILISES

  • Tracteurs
  • Containers
  • Balai, fourche
  • Lampe à infrarouge pour le chauffage des poussins

4.4. PRODUITS ET MATERIAUX UTILISES

  • Sacs d’aliments pour volailles spécialisés en fonction de l’âge
  • Bottes ou rouleaux de paille pour la litière, éventuellement copeaux, etc.…
  • Produits de nettoyage et de désinfection +++
  • Eau saine

4.5. PUBLIC ET RELATIONS SOCIALES

  • Travail souvent isolé en petite unité familiale
  • Travail d’équipe dans les grosses unités
  • Contact avec les fournisseurs et les clients
  • Contacts avec les services vétérinaires
  • Contacts avec les services administratifs

4.6. EXIGENCES PARTICULIERES

  • S’adapter aux impératifs saisonniers
  • Avoir un contact adapté avec les animaux
  • Disposer d’une bonne résistance physique
  • Respecter scrupuleusement les règles d’hygiène et maintenir une barrière sanitaire entre les bandes de production
  • Avoir le sens de l’observation
  • Avoir une bonne vision en cas de conduite
  • Etre vacciné

4.7. TRAVAILLEURS HANDICAPES

  • Sous réserve d’en avoir les capacités professionnelles l’emploi peut être accessible à des travailleurs présentant certains types de handicaps moyennant des adaptations : surdité, troubles du langage, maladies chroniques et cancers (à discuter selon le poste), certains petits troubles moteurs.
  • Emploi peu compatible avec des allergies respiratoires et/ou cutanées, des dermatoses, une cécité.

5. ACTIVITES POUVANT ETRE ASSOCIEES

  • Gestion de l’exploitation
  • Entretien du matériel

6. DANGERS

6.1. ACCIDENTS DU TRAVAIL

  • Chutes de hauteur : La mise en place et le démontage des équipements de chauffage et distribution de l'alimentation nécessitent d'intervenir en hauteur (4 à 5 m).
  • Chutes de plain pied: Les sols sont souvent humides et glissants à cause des fientes.
  • Blessure par outil
  • Traumatisme par animal
  • Lumbago par manutention de sacs d’aliment, de paille, ou de caisse d’animaux
  • Brûlures caustiques par les produits de nettoyage

6.2. AMBIANCES ET CONTRAINTES PHYSIQUES

  • Contraintes posturales, postures pénibles et gestes répétitifs
    • Les soins aux volailles, l'accès aux équipements de nourrissage et l'enlevage des volailles sont générateurs de postures extrêmes : (flexion du tronc à plus de 90°).
    • Si certaines peuvent être évitées par la pratique des gestes adaptés (Principes de Sécurité Physique), d'autres sont incontournables lors de l'enlèvement des volailles : nécessité de se pencher au dessus des barrières de rassemblement (70 cm) et d'exécuter une flexion du tronc à plus de 90°. De même, pour le chargement des caisses de volailles, l'empilement sur palettes ou le chargement en conteneurs suscite le maintien des bras en l'air.
  • Port de charges
    • Les caisses de stockage des volailles avant l'abattage sont lourdes (+ de 25 kg) ainsi que les sacs destinés au nourrissage.
  • Manutentions Manuelles : Les manutentions manuelles concernent :
    • les opérations de paillage (si l'exploitation ne possède pas de pailleuse),
    • de nourrissage : (préparation et port de bacs de nourriture dans les différentes cabanes d'élevage)
    • et éventuellement de manutention des caisses de volailles pour le cas ou l'agent d'élevage avicole participe à l'enlevage.
  • Températures
    • Contraste des températures selon les saisons
    • Travail pouvant exposer aux intempéries (travail en plein champ...)
    • Exposition à des variations de température rapide en fonction des lieux d’exercice des activités (de la poussinière à 35° à l’extérieur en hiver !)
  • Travail exposant aux poussières végétales (paille, aliments pour bétail)
  • Odeurs animales
  • Eclairage: Travail en éclairage peu intense dans les bâtiments ou à l’extérieur
  • Bruit des animaux pouvant dépasser les 80 décibels

6.3. AGENTS CHIMIQUES

  • La principale source d'exposition concerne les poussières et gaz émis (ammoniac) par la fermentation des déjections. Lors des interventions à l'intérieur des bâtiments, l'agent peut effectivement être exposé à ce type de substance.
  • L'utilisation des désinfectants, des détergents et des produits vétérinaires expose l'agent d'élevage avicole. Certains produits désinfectants ou détergents font l'objet d'une classification toxicologique et sont régulièrement mis en œuvre dans les élevages.
  • Le dysfonctionnement des appareils de chauffage peut exposer l'agent au monoxyde de carbone.

6.4. AGENTS BIOLOGIQUES

  • L'exposition aux poussières produites par les litières, les plumes et les déjections est susceptible de générer des risques biologiques (zoonoses, pathologies allergiques et respiratoires).
  • Infection de plaie : panaris
  • A ce jour l’exposition à la grippe aviaire n’entraine pas de risque sanitaire pour les humains mais le coût économique est important en raison de la nécessité d’abattage des animaux

6.5. CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET RELATIONNELLES

  • Stress lié au surendettement et à la baisse du pouvoir d’achat
  • Nécessité de gérer plusieurs activités en même temps
  • Travail quotidien sans jour de repos
  • Travail isolé
  • Travail de nuit : Les opérations d'enlèvement des volailles se font généralement en début de nuit. Aucune heure complète n'est alors effectuée dans le créneau 00 h - 5 h du matin.

7. RISQUES POUR LA SANTE

7.1. MALADIES PROFESSIONNELLES Indemnisables au titre des tableaux de maladies professionnelles du régime agricole :

  • En rapport avec les risques mécaniques
    • Tableau n°39 RA : Affections péri articulaires provoquées par certains gestes et postures au travail
    • Tableau 46 RA : Affections professionnelles provoquées par les bruits lésionnels
    • Tableau 57 bis RA : Affections chroniques du rachis lombaire provoqués par la manutention habituelle de charges lourdes
  • En rapport avec les risques chimiques
    • Tableau n°1 RA : Tétanos professionnel
    • Tableau n°28 RA : Affections provoquées par l'aldéhyde formique et ses polymères
    • Tableau n°28 bis RA : Affections cancéreuses provoquées par l'aldéhyde formique et ses polymères
    • Tableau 40 RA : Intoxication professionnelle pat l’oxyde de carbone
    • Tableau n°48 RA : Maladies engendrées par les solvants organiques liquides
  • En rapport avec les risques biologiques
    • Tableau n°1 RA : Tétanos professionnel
    • Tableau n°51 RA : Rouget du porc (Erysipéloïde de Baker-Rosenbach)
    • Tableau 52 RA : Psittacose
  • Autres causes
    • Tableau 44 : Affections cutanées et muqueuses professionnelles de mécanisme allergique
    • Tableau n°45 RA : Affections respiratoires professionnelles de mécanisme allergique. (Allergies respiratoires au contact de la paille ou des aliments pour bétail)

7.2. AUTRES MALADIES LIEES A L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

  • En rapport avec les risques chimiques
    • Intoxication à l’ammoniac
  • En rapport avec les risques biologiques
    • Campylobactériose
    • Cryptococcose
    • Mycoses cutanées, péri onyxis et onyxis (aspergillose, candidose, dermatophytose)
    • Salmonellose
    • Staphylococcies
    • Tuberculose aviaire
    • Tularémie

8. SURVEILLANCE MEDICALE

8.1. REGLEMENTATION

  • Examen obligatoire à l’embauche puis surveillance régulière par la MSA pour les salariés.
  • Pas de visite obligatoire pour les exploitants agricoles à leur compte

8.2. CONTENU

  • Clinique
    • Recherche d'antécédents allergiques, de pathologies chroniques
    • Surveillance de l’état cutané, ostéo-articulaire et respiratoire
    • En cas de conduite, contrôle de l’aptitude en fonction de l’arrêté du 18 décembre 2015
  • Examens complémentaires
    • Audiogramme
  • Vaccinations
    • Audiogramme
  • Suivi post professionnel
    • Néant
  • Dossier médical
    • Sauf expositions particulières, pas de durée réglementaire de conservation du dossier médical mais la prescription en matière de responsabilité médicale est de dix ans à compter de la date de consolidation d'un dommage éventuel.

9. NUISANCES POUR L'ENVIRONNEMENT EXTERIEUR

  • Contamination possible de l’environnement par les animaux malades ou les litières souillées
  • Risque potentiel d’incendie du fourrage par acte de malveillance
  • Circulation des camions de livraison

10. ACTIONS PREVENTIVES

Les activités d’agent avicole peuvent entrer dans le champ d'application des textes sur la pénibilité en raison des contraintes suivantes : manutention, postures pénibles, exposition aux agents chimiques dangereuxbruit, travail de nuit, travail en équipes successives alternantes, travail répétitif, températures extrêmes :chaleur

10.1. INDICATEURS D'AMBIANCE ET METROLOGIE

  • Mesure du bruit
  • Relevé des températures dans les enclos
  • Etude des fiches de données de sécurité des produits manipulés
  • Etude des horaires de travail
  • Analyse des gestes et postures (travail répétitif, contraintes posturales)
  • Quantification de la manutention

10.2. PREVENTION COLLECTIVE

10.2.1. Technique

  • Locaux fonctionnels et adaptés
    • Pour assurer le chauffage, l’éclairage et la ventilation en limitant les interventions humaines
    • Eclairage suffisant et homogène
    • Sol plan, traité pour faciliter le nettoyage
    • Insonorisation des machines et/ou des locaux
  • Aide à la manutention
    • Disposer de moyens adaptés pour accéder en hauteur.
    • Utiliser des moyens de manutention mécanisés.

10.2.2. Organisationnelle

  • Locaux maintenus propres et aérés
  • Sols entretenus (secs, sans trous ou fissures)
  • Respect de la réglementation sur la prévention sanitaire

10.3. PREVENTION INDIVIDUELLE

  • Vaccinations maintenues à jour
  • Hygiène vestimentaire
    • Port d’une tenue vestimentaire appropriée et réservée au travail
    • Nettoyage régulièrement ma tenue de travail
    • Utilisation d’une armoire vestiaire à double compartiment pour les vêtements de ville et de travail
  • Hygiène individuelle indispensable
    • lavage des mains régulièrement
    • lavage des mains avant de boire, manger ou fumer
    • douche en fin de journée de travail
    • En cas de plaie, nettoyage au savon, je la désinfection et protection avec un pansement imperméable. En cas de plaie grave, appeler le 15
  • Port des équipements  de protection individuelle
    • gants en cuir pour systématique tout contact avec les animaux
    • gants imperméables pour les travaux d’entretien, pour la manipulation des déchets animaux et des cadavres
    • gants jetables pour les soins (piqûres, application de produits vétérinaires...)
    • gants en cas de lésions même minimes au niveau des mains
    • lors des activités nettoyage (plumes, poussières en suspension...)
    • lors du ramassage d’animaux morts
    • vêtements de pluie
    •  Bottes ou chaussures antidérapantes
    • Protections auditives si nécessaires
    • Port de gants
    • Port de masque respiratoire FFP2
    • Autres EPI

10.4. FORMATION - INFORMATION – SENSIBILISATION

  • Le recours aux formations "Gestes et Postures" et/ou "Appréhension/anticipation des risques liés aux contraintes posturales" est de nature à limiter les conséquences potentielles de l'exposition aux postures forcées des articulations.
  • Aux risques liés aux produits phytosanitaires
  • Tout acte professionnel où l’action conduite porte sur l’utilisation, la distribution, le conseil, la vente de produits phytopharmaceutiques, est ou sera bientôt soumis à la détention d’un certificat individuel pour les produits phytopharmaceutiques : "Certiphyto". Site Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt.
  • Aux gestes et postures
  • A l'hygiène des locaux, des animaux et des personnes en contact
  • A la manutention des animaux
  • Aux risques liés aux zoonoses
  • Aux soins de premiers secours

11. REGLEMENTATION

11.1. TEXTES LEGISLATIFS ET REGLEMENTAIRES

11.1.1. Textes internationaux et européens

  • Directive 2004/41/CE du Parlement européen et du Conseil du 21 avril 2004 abrogeant certaines directives relatives à l’hygiène des denrées alimentaires et aux règles sanitaires régissant la production et la mise sur le marché de certains produits d’origine animale destinés à la consommation humaine, et modifiant les directives 89/662/CEE et 92/118/CEE du Conseil ainsi que la décision 95/408/CE du Conseil (JO L 157 du 30.4.2004).
  • Règlement (CE) no 852/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 relatif à l’hygiène des denrées alimentaires (JO L 139 du 30.4.2004)
  • Règlement CE n° 853/2004 du parlement européen et du conseil du 29 avril 2004 modifié en 2009, fixant des règles spécifiques d'hygiène applicables aux denrées alimentaires d'origine animale - JOUE de 30/04/2004
  • Règlement (CE) no 854/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 fixant les règles spécifiques d’organisation des contrôles officiels concernant les produits d’origine animale destinés à la consommation humaine (JO L 139, 30.04.2004).
  • RÈGLEMENT (CE) No 2073/2005 DE LA COMMISSION du 15 novembre 2005 concernant les critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires
  • Règlement (CE) no 2074/2005 de la Commission du 5 décembre 2005 établissant les mesures d’application relatives à certains produits régis par le règlement (CE) no 853/2004 du Parlement européen et du Conseil et à l’organisation des contrôles officiels prévus par les règlements (CE) no 854/2004 du Parlement européen et du Conseil et (CE) no 882/2004 du Parlement européen et du Conseil, portant dérogation au règlement (CE) no 852/2004 du Parlement européen et du Conseil et modifiant les règlements (CE) no 853/2004 et (CE) no 854/2004 (JO L 338 du 22.12.2005)

11.1.2. Textes français

  • Code rural
  • Code du travail
  • Textes concernant la santé animale (surveillance du cheptel)
  • Statut de l'exploitant agricole

11.2. RECOMMANDATIONS ET NORMES

  • Voir INOQ : Institut national de l’origine et de la qualité pour les normes concernant les labels

11.3. CONVENTION COLLECTIVE ET ACCORDS DE BRANCHE

  • Conventions collectives – exploitation de polyculture et d’élevage - variables selon les départements

12. BIBLIOGRAPHIE

Classifications

  • ROME Les fiches métiers. A1409 Elevage avicole. (2009)
  • Classification Internationale Type des professions (CITP-08) : 6121 Eleveurs et ouvriers qualifiés de l’aviculture. (I.T.) (2008)
  • Classification INSEE des professions (PCS 2003) : 691b Ouvriers de l'élevage. (INSEE) (2003)
  • NOSTA : Fiches du secteur d'activité 132 : Elevage de gros animaux : Ovins, caprins

Elevage des poulets

Dangers et risques

13. ADRESSES UTILES

REDACTION

  • AUTEURS :  Joël LIOUX, Intervenant en Prévention des Risques Professionnels Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Emmanuel PEREZ, Intervenant en Prévention des Risques Professionnels Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; Pierrette TRILHE, médecin du travail retraitée, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; Dr José DELAVAL services vétérinaires du 37 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  •  DATE DE CREATION : Novembre 2017
  • RELECTEURS :
  • DERNIERE MISE A JOUR : 

Pour toute remarque et proposition de corrections, joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires (Vous devez vous connecter).